L’appropriation actuelle de l’« avant-garde » russe et ses enjeux

Natalia Smolianskaïa

Vendredi 11 octobre 2019 – 10h-12h

LIER-FYT – 10 rue Monsieur-le-Prince – Paris

Quelles représentations de l’avant-garde sont construites aujourd’hui?

Malévitch, dont Natalia Smolianskaïa est spécialiste, est le point de départ d’une réflexion stimulante sur les représentations, différentes, conflictuelles de ce qui fut une orientation essentielle de l’art moderne.

Natalia Smolianskaïa est théoricienne de l’art, chercheuse, curatrice et artiste. Elle était directrice du programme au Collège international de philosophie à Paris entre 2007 et 2013, l’un de ses séminaires portait sur les avant-gardes. Elle a co-dirigé avec Jean-Pierre Cometti en 2010 le numéro de la revue “Rue Descartes” consacré aux avant-gardes. Aujourd’hui elle enseigne au Département d’art et design à l’Ecole des hautes etudes en économie (Moscou) où elle dirige le séminaire “Lieu de l’art”.

Retour de Tokyo, automne 2018

Retour d’expérience. La peinture japonaise entre 1945 et 1964 sera traitée lors de trois rencontres:

  • 16 octobre 2018, Séminaire INHA-ACA« 1959-1985, au prisme de la Biennale de Paris », INHA, Paris, Salle Vasari. La séance sera consacrée à la présence japonaise à la Biennale de Paris dans les années 1960 et 1970, ou comment « s’exprimer par des formes neuves, dans un monde nouveau » ? Responsable:  Elitza Dulguerova.
  • 9 novembre 2018:  séminaire consacré au Japon aux Archives de la critique d’art, en partenariat avec le Musée des Beaux-Arts de Rennes.
  • 7 et 8 février 2019 : une partie du colloque sur l’art abstrait,  à la MSHB de Rennes, sera consacrée au Japon. Voir l’appel et l’argumentaire scientifique, à la rubrique “Evénements”.

NOTES de LECTURE

Georges Limbour, Tal Coat, préface de Pierre Brullé, Paris, Le Bruit du temps, 2017.

A l’occasion de l’année Tal Coat (2017), publication de 4 textes sur le peintre Pierre Tal Coat, datant des années 1950. Ces textes, éclairés par le propos de l’historien d’art, Pierre Brullé, replacent le peintre dans le débat figuration/abstraction, mais aussi le mettent en relation avec Cézanne. Le poète-critique Limbour a connu Tal Coat, près de la Montagne Sainte-Victoire, alors qu’il habitait non loin d’un de ses meilleurs amis, André Masson.

A propos de TAL COAT, Les entretiens avec Jean-Pascal Léger (juin 1977) viennent de reparaître aux éditions de L’ Atelier contemporain, accompagnés de photographies en noir et blanc du grand photographe toulousain Michel Dieuzaide sous le titre L’Immobilité battante. Jean-Pascal Léger signe aussi une monographie  intitulée Tal Coat, Pierre et front de bois, chez Somogy (avril 2017).

René Drouin et ses peintres, Quand le catalogue d’exposition devient livre d’art, catalogue de l’exposition de la Bibliothèque des Arts décoratifs, Paris, mai-juillet 2017.

Nicole Marchand-Zanartu qui signe le “Préambule”  et Jean-Claude Drouin sont les artisans de cette exposition  et de son catalogue, très soigné, léger, précieux. L’exposition a permis de prendre la pleine mesure de l’ambition créatrice des catalogues, tous si différents, présentant les  40 expositions organisées à la galerie entre 1944 et 1950. Chacun d’eux est une œuvre en tant que telle.

Bruno Decron qui avait réalisé la première exposition consacrée à René Drouin (Musée  de l’abbaye Sainte-Croix, Les Sables d’Olonne, 2001) signe un article intitulé “Ping-pong”. Textes de Sarane Alexandrian,  Hubert Damisch, Jean-Claude Drouin, Sylvain Lecombre,  Michel Tapié, Julie Verlaine, parmi d’autres.

Bibliographie raisonnée, au fil du projet

Esthétique (B. Vouilloux)

  • VOUILLOUX Bernard, Image et medium, Paris, Les Belles lettres, 2018.
  • VOUILLOUX Bernard, Ce que nos pratiques nous disent des œuvres, Paris, Hermann, Savoir Lettres, 2014.
  • VOUILLOUX Bernard, “Par-delà le principe de plaisir esthétique”, in J. DELAPLACE, P-H. FRANGNE et G. MOUËLLIC, La pensée esthétique de Gérard Genette, PU de Rennes, coll. Aesthetica, 2011.
  • VOUILLOUX Bernard, “Medium (s) et média(s). Le médial et le médiatique”, in Philippe ORTEL, Création, intermédialité, dispositif, Fabula, colloque de Toulouse, 2014
  • VOUILLOUX Bernard, “Du dispositif”, in Philippe ORTEL, Discours, image, dispositif, Penser la représentation II, Paris, L’Harmattan, 2008.

Galeries d’art à Paris (1944-1964)

  • Jeanne Bucher. Une galerie d’avant-garde 1925-1946. De Max Ernst à de Staël. Catalogue, Strasbourg et  Genève, Musées de Strasbourg et  Skira, 1994.
  • Passion de l’art, Galerie Jeanne Bucher Jaeger, catalogue de l’exposition du Musée Granet, Aix-en-Provence, 2017.
  • Iris Clert : Microspective. Catalogue, Strasbourg, Musées de Strasbourg, 2003.
  • Denise René, l’intrépide. Une galerie dans l’aventure de l’art abstrait. Catalogue,  Paris, Éditions du Centre G. Pompidou, 2001.
  • VERLAINE Julie, Daniel Templon, une histoire d’art contemporain, Paris, Flammarion, 2016.
  • Voir aussi le site ressources de Julie Verlaine, sur les galeries d’art (1944-1969): http://envers.pagesperso-orange.fr/jverlaine/listegaleries.

Autres

  • Sur les Avant-gardes russe: Natacha SMOLIANSKAÏA, “Quête d’espace et investigations graphiques dans les Avant-gardes russes (Solomon Nikritine, Kazimir Malévitch”) in Revue Ligeia, dossiers sur l’art, numéro consacré aux “Avant-gardes russes”, n° 157-160, juillet-décembre 2017.
  • Sur la critique de l’art abstrait (méthodologie): GAGNEBIN Murielle, SAVINEL Christine, Le commentaire et l’art abstrait, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 1999.

Artistes français

  • DOUROUX Xavier (dir.), Hartung et les peintres lyriques, catalogue de l’exposition du fonds H et E Leclerc, 11 décembre 2016-17 avril 2017, Landerneau, 2017. En particulier l’article de Juliette Evezard, “Le machiavélisme de Tapié selon Mathieu, l’abstraction lyrique et l’intensité du débat critique”, p. 32-47.
  • EVEZARD Juliette et al. Un art autre: l’aventure de Michel Tapié, catalogue de l’exposition de la galerie F.Hessler, 10 juin-21 juillet 2016, Luxembourg, 2016.

France, 2e guerre mondiale- 1970. Histoire de l’art, histoire culturelle

  • BERTRAND DORLEAC Laurence et MUNCK Jacqueline, L’Art en guerre, 1938-1947, Paris Musées (Musée d’art moderne de la Ville de Paris), 2012.
  • GUEGAN Stéphane, L’ Art en péril, 1933-1953, Hazan, 2015.

France – États-Unis

France – États-Unis. Critique d’art

  • GREENBERG Clement, Ecrits choisis des années 1940 & Art et Culture, introduction et notes par Katia Schneller, traduction par Christine Savinel et par Ann Hindry, Paris, Macula, 2017.

France – États-Unis. Histoire de l’art, histoire culturelle

  • COHEN-SOLAL Agnès, “Un jour ils auront des peintres”, L’avènement des peintres américains Paris 1867-New York 1948, Paris, Gallimard, 2000.
  • ENWEZOR O., SIEGEL K., WILMES U.  (dir.), Post war, Art between The Pacific and the Atlantic, 1945-1965, Munich, Prestel, Haust Der Kunst, 2016.
  • GUILBAUT Serge, How New York Stole the Idea of Modern Art: Abstract Expressionism, Freedom and the Cold War. Chicago: University of Chicago Press, 1983.
  • LAUDE Jean, « Problèmes de la peinture en Europe et aux États-Unis (1944-1951) » in Art et idéologies, l’art en Occident 1945-1949, CERIEC de Saint-Etienne, 1978.

Artistes et art au JAPON (1945-1964)

France-Japon. Ouvrages généraux

  • PATIN Cléa, La Fabrique de l’art au Japon, Portrait sociologique d’un marché de l’art, Paris, CNRS, 2016.

France-Japon. Catalogues d’exposition

  • AMELINE Jean-Paul, Bertrand-Dorleac Laurence ,  Ernoult Nathalie, Fukunaga Osamu,  Hirai Shoichi, Hou Hanru , Imahashi Eiko , Krebs Sophie, Shimbun Asahi , Centre national d’art et de culture Georges Pompidou, National art center, TV Asahi Corporation, Paris du monde entier (artistes étrangers à Paris 1900-2005, catalogue de l’exposition du National Art Center, 7 février- 7 mai, 2007,  National Art Center, Tokyo.
  • GIRARDEAU Cécile et al, Tokyo-Paris, Chefs d’oeuvre du Bridgestone Museum of Art, Collection Ishibashi Foundation, catalogue de l’exposition du Musée de l’Orangerie, 5 avril-21août 2017, Musée de l’Orangerie, Paris, Hazan.
  • Museum of Modern Art, Saitama, Cubism in japan, Picasso’s Impact, catalogue de l’exposition, Saitama, octobre 2016.
  • NAKAMURA Reiko & al., Kataoka Tamako, catalogue de l’exposition du National Museum of Modern ARt, Tokyo,  7 Avril -17 mai 2015.
  • VIATTE Germain et al., Japon des avant-gardes, 1910-1970, catalogue de l’exposition du Centre Georges Pompidou, Paris, Editions du centre Georges Pompidou, décembre 1986.

France-Japon. Littérature grise

  • FROGER Lilian, Le Japon dans les archives de la critique d’art, décembre 2016, en ligne, sur le site des ACA-INHA.
  • LAVAUR Krystel, La Biennale de Paris, 1959-1985, mémoire de maîtrise d’histoire de l’art, sous la dir. de J.M.Poinsot, Université Rennes 2, 1992. France – États-Unis
  • LALOUETTE Mélissa, Japon, échanges et relations, 1945-1970, juillet 2018, en ligne, sur le site des ACA-INHA.

Première bibliographie du projet (novembre 2016)

1. Dans la période concernée

  • BRETON André, Œuvres complètes IV, Écrits sur l’art, en particulier L’Art magique, 1957 et Le Surréalisme et la peinture (1928-1965), Paris, Gallimard, coll. La Pléiade, 2008.
  • DIEHL Gaston, Les Problèmes de la peinture, Lyon, Confluences, 1945.
  • LIMBOUR Georges, Spectateur des arts, écrits sur la peinture, 1924-1969 (M. Colin-Picon et F. Nicol), Paris Le Bruit du temps, 2013.
  • MALRAUX André, Œuvres complètes IV et V, Écrits sur l’art, Paris, Gallimard, coll. La Pléiade, 2004.
  • MASSON André, Métamorphose de l’artiste, Tomes 1 & 2, Genève, Pierre Cailler, 1956.
  • PICON Gaëtan, Admirable tremblement du temps, Strasbourg, L’Atelier contemporain, 2015 (1970).
  • THIBAUDET Albert, Réflexions sur la critique, Paris, NRF, Gallimard, 1939.

2. Aujourd’hui

  • CHENIEUX-GENDRON Jacqueline, Surréalismes, l’esprit et l’histoire, Paris, Champion, coll.  Classiques, 2014.
  • CHEVREFILS-DESBIOLLES Yves, Les Revues d’art à Paris, 1905-1940, Paris, Presses universitaires de Provence, coll. Arts, 2014.
  • CHEVRIER Jean-François, Formes biographiques, Paris, Hazan, 2015.
  • DAMISCH Hubert, Fenêtre jaune cadmium ou les dessous de la peinture, Paris, Le Seuil, coll. Fiction & Cie, 1984.
  • FROISSART PEZONE Rossella et CHEVREFILS-DESBIOLLES Yves, Les Revues d’art, Formes, stratégies et réseaux au xxe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.
  • HEINICH  Nathalie, Le Paradigme de l’art contemporain, Paris, NRF, Gallimard, 2014.
  • LEEMAN Richard, Le Critique, l’art et l’histoire, de Michel Ragon à Jean Clair, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.
  • OTTINGER Didier, L’Hétéroclisme de Jean Hélion, Paris, L’Échoppe, 2005.
  • RUFFEL Lionel, Brouhaha, les mondes du contemporain, Lagrasse, Verdier, 2016.
  • SCHVALBERG Claude, Dictionnaire de la critique d’art à Paris, 1890-1969, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.
  • STAROBINSKI Jean, La Relation critique, Paris, Gallimard, coll. Tel, 2001 (1970).
  • VERLAINE Julie, Les Galeries d’art contemporain à Paris. Une histoire culturelle du marché de l’art, 1944-1970, Paris, Presses de la Sorbonne, 2013.
  • VOUILLOUX Bernard, préface à F. Nicol, Georges Limbour, L’Aventure critique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

BIBLIOGRAPHIE SÉLECTIVE DES JOURNÉES D’ÉTUDE

Bibliographie sélective de la journée d’étude:  Autour de Sam Francis et Bram van Velde (Archives de la critique d’art, 14 décembre 2017).

1. Autour de Sam FRANCIS
  • Archives de Pierre Restany, Archives de la Critique d’Art, Dossier États-Unis, American Painting, en particulier le sous-dossier « Sam Francis ».
  • MICHAUD Yves, Mon art, mon métier, ma magie…, Sam Francis, entretiens), Strasbourg, L’Atelier contemporain, François-Marie Deyrolle éditeur, 2015.

Catalogues

  • (Collectif) Sam Francis : Les années parisiennes 1950-1961, Paris, Galerie nationale du Jeu de Paume (décembre 1995- février 1996), 1995.
  • CHASSEY (de) Éric et RAMOND Sylvie (dir.), Repartir à zéro, 1945-1949, comme si la peinture n’avait jamais existé, Lyon, Musée des Beaux-Arts de Lyon, 2008.
  • HULTÉN K.G. Pontus, « Portrait », Catalogue Sam Francis, Bonn, édition Cantz, 1993, p. 13 -34.

Revues

  • ASHTON, Dore, « Regards sur la saison new-yorkaise », The New York Gallery Season 1958-1959 », Revue Cimaise, Paris, vol. 6, n° 5, juin-août 1959, p. 38-39.
  • BOUDAILLE, Georges, « Sam Francis », Revue Cimaise, vol. 8, n° 51, Paris, janvier-février 1961, p. 97.
  • C.M., « Sam Francis : un des meilleurs américains », Arts, n° 800, 20 décembre 1960.
  • CONIL-LACOSTE, Michel-Louis, « Artistes américains à Paris » Informations et Documents, USIS, n° 51, août 1956.
  • ROSENBERG Harold, « The American action painters », in Art News, n° 1, 1952.

2. Autour de Bram van VELDE

  • BECKETT Samuel, « Bram van Velde », Paris, Derrière le miroir, galerie Maeght, juin 1948.
  • BECKETT Samuel, « Bram van Velde » (1949 et 1957), in Trois dialogues, Paris, Éditions de Minuit, 1998. Texte paru dans la revue Transition Forty nine, n° 5, Paris, décembre 1949, puis traduit en français par l’auteur pour le catalogue de l’exposition Bram van Velde de la galerie Michel Warren (Paris, 7 mai-1er juin 1957) et pour l’ouvrage de Jacques Putman (infra).
  • DUTHUIT Georges, « Bram van Velde », Paris, Derrière le miroir, galerie Maeght, février 1952.
  • DUTHUIT Georges, « Bram van Velde ou Aux colonnes d’Hercule », in Représentation et présence, premiers écrits et travaux 1923-1952, Paris, Flammarion, coll. Idées et recherches, 1974.
  • JULIET Charles, « Bram van Velde et l’infigurable » Paris, Critique, n°252, mai 1968.
  • LEYMARIE Jean, Bram van Velde, Archives de l’art contemporain, publié à l’occasion de la rétrospective Bram van Velde, Musée national d’Art moderne, 2 décembre 1970-25 janvier 1971 (préface de Gaëtan Picon, textes critiques d’Édouard Loeb, Samuel Beckett, Georges Duthuit, Franz Meyer et al.).
  • PUTMAN Jacques, Bram van Velde, Paris, Georges Fall éditeur, Le Musée de poche, 1958 (textes de Samuel Beckett, Georges Duthuit, Jacques Putman).

Bibliographie sélective de la journée d’étude:  L’Art abstrait, analyse de discours critiques  (Archives de la critique d’art, 23 février 2018).

  • CAPDEVILA Élisa,  « Les Américains à la Cité internationale universitaire de Paris, 1944-1950 », dans Dzovina Kévonian et Guillaume Tronchet, La Babel étudiante. La Cité internationale universitaire de Paris (1920-1950), Rennes, P.U.R., 2013.
  • CAPDEVILA Élisa,  Des Américains à Paris. Artistes et bohèmes dans la France de l’après-guerre, Éditions Armand Colin, mars 2017.
  • CORDERO MARTIN Beatriz, “The Fundamental Role of James Johnson Sweeney in Promoting Spanish Artists in the United States (1934-1975)”; Chapter in the book North America and Spain: Transversal Perspectives, ed. Julio Cañero, Escribana Books, Arte Poética Press, New York, 2017.
  • Sur James Johnson Sweeney, voir le site des Archives de la critique d’art-INHA,  le Fonds AICA International
  • LIMBOUR  Georges, Spectateur des arts, écrits sur la peinture, 1924-1969, Paris, Le Bruit du temps, 2013.

Bibliographie sélective de la journée d’étude: “L’effet Dubuffet”(Archives de la critique d’art, 6 avril 2018).

  • BERREBI Sophie, « Nothing is Erased: Hubert Damisch and Jean Dubuffet », in October ,154, MIT Press, 2015.
  • Catalogue des travaux raisonnés de Jean Dubuffet, Paris, J.-J. Pauvert, 1965, fasc. I à VII.
  • DAMISCH Hubert et DUBUFFET Jean, Entrée en matière (édition de Sophie BERREBI), Zurich, JRP/Ringier et Paris, La Maison rouge, 2016.
  • DUBUFFET Jean et al, Almanach de l’art brut (édition établie sous la dir. de S.Lombardi et Baptiste Brun), Collection de l’Art brut, 2016.
  • DUBUFFET Jean, Prospectus aux amateurs de tout genre, Paris, Gallimard, “Métamorphose”, 1946.
  • DUBUFFET Jean, Prospectus et tous écrits suivants, Paris, Gallimard, 1967, 1995, 4 vol.
  • JAKOBI Marianne et DIEUDONNE Julien, Dubuffet, Paris, Perrin , 2007.
  • LIMBOUR Georges, Tableau bon levain, à vous de cuire la pâte, L’art brut de Jean Dubuffet, Paris, René Drouin, 1953.
  • PICON Gaëtan, Le Travail de Jean Dubuffet, Genève, Skira, 1973.

Publications des chercheurs invités aux journées d’étude

Bibliographie d’Élisa Capdevila

Ouvrages
CAPDEVILA Élisa,  Des Américains à Paris. Artistes et bohèmes dans la France de l’après-guerre, Éditions Armand Colin, mars 2017.
– CAPDEVILA Élisa  et SIRINELLI Jean-François, Georges Pompidou et la culture, Éditions P.I.E. Peter Lang, Bruxelles, 2011 (recueil critique d’archives).

Revues à comité de lecture
CAPDEVILA Élisa,  « Des étudiants américains à Paris : un autre regard sur les relations culturelles France- États-Unis (de la fin des années 1940 aux années 1950) », Revue Historique, n°682, avril 2017, p. 385-488.
CAPDEVILA Élisa,  « Les artistes américains dans l’impasse Ronsin (1945-1964) : une bohème parisienne à l’heure américaine ? » , Circé. Histoires, cultures et sociétés, n°8 , avril 2016 [http://www.revue-circe.uvsq.fr/].
CAPDEVILA Élisa,  « De Paris à l’Europe : sur les traces des « Américains à Paris », entre mobilités récréatives et quêtes artistiques en Europe (de l’après-Seconde Guerre mondiale aux années 1960) », Artl@s Bulletin (revue co-éditée par l’ENS Ulm, le CNRS et la Purdue University), vol. 4, n°2, 2015.

Publications de colloques et ouvrages collectifs
CAPDEVILA Élisa,  « Expatriés ou Ex-patriotes : le débat sur l’expatriation américaine durant la Guerre froide », Arcade Colloquies [http://arcade.stanford.edu/colloquies/americans-paris], recueil consacré aux Américains à Paris, dir. par Natalia Cecire (Sussex University), mis en ligne à l’été 2016.
CAPDEVILA Élisa,  « Les Américains à la Cité internationale universitaire de Paris, 1944-1950 », dans Dzovina Kévonian et Guillaume Tronchet, La Babel étudiante. La Cité internationale universitaire de Paris (1920-1950), Rennes, P.U.R., 2013.
CAPDEVILA Élisa,  « Georges Pompidou et Paris, capitale culturelle » dans Mathieu Flonneau, Pascal Geneste, Philippe Nivet et Émilie Willaert (dir.), Le grand dessein parisien de Georges Pompidou, Paris, Éd. Somogy, 2010.

Bibliographie de Beatriz Cordero Martin

CORDERO MARTIN Beatriz, “Maruja Mallo. Una habitación propia. Breve apunte sobre sus escritos”, Exhibition Catalogue of the exhibition Maruja Mallo. Orden y Creación, Galería Guillermo de Osma, Madrid, 2017.
CORDERO MARTIN Beatriz, “Esteban Vicente and the Classicism of a Modern Painter”, Exhibition Catalogue of the exhibition,Marc Domènech Gallery, Barcelona, 2017.
CORDERO MARTIN Beatriz, “Spanish Art in The Museum of Modern Art”, Chapter in the book North America and Spain: Transversal Perspectives Spanish Masters in American Collections, ed. Mark Roglan, introduction by Jonathan Brown, Madrid: El Viso, 2016.
CORDERO MARTIN Beatriz, “The Fundamental Role of James Johnson Sweeney in Promoting Spanish Artists in the United States (1934-1975)”; Chapter in the book North America and Spain: Transversal Perspectives, ed. Julio Cañero, Escribana Books, Arte Poética Press, New York, 2017.

Bibliographie de Valérie Rochaix

ROCHAIX Valérie, “De la singularité des images de la maison déployées dans Requiem pour l’Est (Andreï Makine)”, in D. Toma, D. Samarineanu, Andreï Makine, hétérotopies, hétérochronies, Paris, L’Harmattan, 2017, p. 88-107 .
ROCHAIX Valérie, « La construction discursive des représentations politiques de la laïcité », Signes, Discours et Sociétés [en ligne], “Sémantique des Possibles Argumentatifs et Analyse Linguistique du Discours. Hommage à Olga Galatanu”, 15 janvier 2015. Disponible sur Internet : http://www.revue-signes.info/document.php?id=3872
(2014), « Quand le cinétisme culturel provoque une énucléation partielle de la signification lexicale », Revue Sémantique et Pragmatique, 2014, 35-36, p.211-226.

Nouvelle orientation: artistes japonais, Tokyo, Paris, New York (1945-1964)

La suite de l’étude bibliographique et les discussions menées au cours des premières journées d’étude  imposent une évidence: se placer sur l’axe Paris-New-York est fécond mais incomplet. Comment élargir cette vision bilatérale? C’est vers le Japon que nous nous sommes tournés, en tentant de penser (toujours à partir d’études de cas),le triangle Paris-Tokyo (et Osaka) -New-York.

  • Aux Archives de la critique d’art-INHA, se trouvent les archives de la Biennale de Paris (1959-1985) – une autre partie se trouve à la Bibliothèque Kandinsky, à Paris. Ces archives révèlent l’importance  et l’intérêt de la présence des artistes japonais dans la période considérée.
  • Une enquête au Japon sur quelques-uns de ces artistes a été menée par F.Nicol, dans le cadre d’un séjour de recherche à l’université de Sophia (avril-juillet 2018). Elle a porté prioritairement sur les artistes japonais ayant exposé aux Biennales de Paris entre 1959 et 1965, mais s’est élargie au contexte artistique de la période considérée. Elle se prolonge en 2019 et 2020.
  • Cette recherche sur les Biennales est menée en concertation avec le projet de l’INHA sur la Biennale de Paris: 1959-1985, au prisme de la biennale de Paris

On trouvera un résumé du projet ici: 1 France-JAPON

RAPPORT d’ÉTAPE, SEPTEMBRE 2017

Un volet JAPON 1945-1965 est ouvert désormais.

La relation France-Etats-Unis dans les années d’après-guerre demeure centrale dans les séminaires à venir, en particulier autour de la figure d’André Masson, de Jean Dubuffet, des galeristes René Drouin, Léo Castelli ou Pierre Matisse. Le Japon permet cependant de desserrer ce qui peut apparaître comme une confrontation bi-latérale, aujourd’hui considérée comme trop limitée.

Pourquoi le Japon? Précisons d’emblée qu’il n’y a aucune exclusive dans ce choix: faut-il rappeler la  place majeure de l’Amérique latine,  dans le champ des  échanges entre acteurs du monde de l’art dans la période considérée? Elle  fait l’objet d’autres recherches.

Japon-France: après la 2e guerre mondiale, l’intérêt pour les avant-gardes françaises d’un côté, pour l’art japonais du passé ou du présent de l’autre, les échanges entre artistes et institutions constituent un objet d’étude renouvelé aujourd’hui au Japon, à travers colloques et expositions. On n’en donnera qu’un exemple: l’exposition Cubism in Japan, Picasso’s impact (Saitama, Japon,  2016-2017). Les enjeux politiques sont évidemment complexes. Observer la relation Japon-France exige de prendre en compte au même moment la relation Japon-US. Mais ce qui se joue aussi est une réflexion sur la fertilité de ces échanges, au-delà de ce qu’en retiennent les discours stéréotypés, dans les deux pays.

Deux premières pistes de réflexion sur le discours critique:
• Étudier la présence des artistes japonais dans les premières Biennales de Paris (Archives ACA-INHA), présence qui fait l’objet de discours proposant non seulement la présentation des artistes concernés mais l’esquisse d’une représentation des spécificités de l’art japonais.
• Revenir sur l’exposition du Centre Pompidou:Japon des avant-gardes 1910-1970, 1986-1987, en analysant quelques -uns des textes du catalogue. Voir l’article passionnant du site Histoire des expositions http://histoiredesexpos.hypotheses.org/1704

Au jour le jour

Deux sections constituent ce volet “Actualité de la recherche”:

  • ORIENTATIONS DU PROJET: des pistes, des “sous-projets” se dégagent , qui développent ou font bifurquer l’orientation de départ. Ramification inhérente à tout projet.
  • RÉCITS de RECHERCHE : chroniques, au jour le jour, de ce qui apparaît..  au fil des réunions de travail, des lectures, des rencontres. Pistes qui prendront une place majeure dans la réflexion ou resteront inabouties, voire simples trouvailles  dont il ne faut pas perdre la mémoire.

Le colloque final

L’art abstrait en quête de définitions:
Paris, New-York, Tokyo, 1944-1964. 

Maison des sciences de l’homme de Bretagne (MSHB), Rennes (et Brest en visio-conférence)
7-8 février 2019

Le colloque, aboutissement d’une réflexion menée depuis 2016 sur la peinture à Paris dans l’après-guerre (1944-1964),  a questionné l’art abstrait dans cette période quand il est devenu un « phénomène mondial » (Dora Vallier). Non avec la prétention d’en donner une définition univoque, mais pour tenter d’explorer le maquis des dénominations dans le champ de la peinture, de mettre en lumière la variété des démarches artistiques et la complexité des circulations des œuvres, des artistes et des divers acteurs de la vie artistique, à Paris, au Japon et aux États-Unis. La peinture a été envisagée sous l’angle de la « relation critique », pour reprendre la formule de Jean Starobinski. 
Base documentaire:  Archives de la critique d’art–INHA.

Colloque organisé par le CELLAM, EA 3206 Rennes 2, en partenariat avec la Maison des sciences de l’homme de Bretagne. Sous la direction du professeur Jean-Pierre Montier et de Françoise Nicol, MCF, langue et littérature françaises.

APPEL : AC_Charte_MSHB_REL-ARTS

Jeudi 7 février 2019 : L’art abstrait, Japon – Paris

Matin:  Face à l’internationalisation de l’art au Japon

  • 9h30-10h15 : ouverture du colloque par Leszek BROGOWSKI, professeur et vice-président de l’université Rennes 2 et Jean-Pierre MONTIER, professeur et responsable scientifique du colloque, CELLAM, université Rennes 2. Introduction par Françoise NICOL, CELLAM, université Rennes 2 : Deux ans d’enquête sur « l’École de Paris ».
  •  10h15-11h : Michael LUCKEN, professeur, INALCO, ouverture : Japon : le risque de « l’ailleurs ».
  • 11h15-11h45 : Yuri MITSUDA, conservatrice au Kawamura Memorial DIC Museum of art, à Sakura, Japon et membre du Conseil de l’AICA-Japon :  Informel  whirlwind in Japan: what it  changed.
  • 11h45-12h15: Lilian FROGER, docteur, ACA-INHA et université Rennes 2 : 1962 : année japonaise pour Pierre Restany.

Après-midi : Formes d’abstraction au Japon

  • 14h00-14h30 : Eugenia BOGDANOVA-KUMMER, Lecturer in Japanese Arts, Sainsbury Institute, University of East Anglia, Norwich, Grande Bretagne, Art abstrait et calligraphie au Japon
  • 14h30-15h : Natalia SMOLIANSKAIA, historienne d’art et commissaire d’exposition, Moscou (Russie), « Jetez-vous en l’air »: l’art abstrait au croisement de la corporéité concrète
  • 15h30-16h : Mélissa LALOUETTE, étudiante en Master 2 Histoire de l’art (MAGEMI), université Rennes 2, présentera, avec Nathalie BOULOUCH, directrice des Archives de la critique d’art, l’exposition A propos du Japon, conçue et réalisée à partir d’une recherche documentaire dans les collections des Archives de la critique d’art-INHA.

Une troisième voie

  • 16h-16h30 : Fabrice FLAHUTEZ, professeur, université Paris Nanterre, Entre abstractions et figurations, la troisième voie lettriste
  • 17h45-20h : Soirée  au Musée des Beaux-Arts de Rennes: diffusion du film documentaire Trésor vivant (2016) consacré à l’artiste Kunihiko MORIGUCHI. Intervention de son réalisateur, le cinéaste Marc PETITJEAN, avec Martine COLIN-PICON, chercheur indépendant.
Vendredi 8 février 2019 : Art abstrait, voie introuvable ?

Matin : Explorer les limites de l’art abstrait et de ses définitions

  • 9h00-9h30 : Sandrine HYACINTHE, docteur en histoire de l’art, université Paris 10,  L’œuvre de Tal Coat, retour sur une voie perdue de l’abstraction
  • 9h30-10h : Frédéric MONTEGU, PRAG, université Lyon 2 et CIEREC de Saint-Étienne, Abstraction et paysage
  • 10h30-11h00 :  Raphaël NEUVILLE, docteur, université Toulouse Jean-Jaurès, Les relations du Surréalisme à l’abstraction après la Seconde Guerre mondiale
  • 11h00-12h00 : Yves CHEVREFILS DESBIOLLES, chercheur à l’IMEC, projection du film Hélion, New York, 1946, un artiste au travail ou Hélion et l’abandon de l’abstraction

Après-midi : Paris, carrefour

  • 14h-14h30 : Juliette EVEZARD, docteur, université Paris-Nanterre, Michel Tapié ou la “tentation” du Japon
  • 14h30-16h15 : René Drouin, un éditeur d’art et un découvreur dans le marché de l’art parisien, table-ronde avec Jean-Claude DROUIN, architecte, fils du galeriste René Drouin, Benoît DECRON, directeur des musées du Grand Rodez, Claire PAULHAN, chercheuse et éditrice et Nicole MARCHAND-ZAÑARTU, chercheur indépendant. Discussion menée par Laurence IMBERNON, conservatrice au Musée des Beaux-Arts de Rennes, suivie d’un échange avec la salle.
    Projection d’un extrait du film Claude Berri rencontre Leo Castelli : marchand d’art, 1988.
  • 16h30-16h50 : Bilan du colloque par Jean-Marc POINSOT, professeur en histoire de l’art, université Rennes 2
  • 16h50-17h00 : Jean-Pierre MONTIER et Françoise NICOL : La recherche à venir dans le prolongement du projet.
  • 17h00-17h15: Françoise THIBAULT, déléguée générale de l’Alliance Athéna, et Nicolas THELY, directeur de la MSHB, concluront le colloque.

—————— *  ——————-

Les abstracts en anglais sont ici: Abstracts TT EN

Les résumés en français et  les bio-bibliographies des intervenants : Abstracts et bio-bibliographies 

—————— * ——————–

Durant le colloque, la librairie Le Failler de Rennes sera présente à la MSHB. Vente de livres et dédicaces des auteurs.

Conseil scientifique international

Nathalie BOULOUCH, MCF histoire de l’art, université Rennes 2, et directrice  des Archives de la critique d’art-INHA. Martine COLIN-PICON, docteur en en langue et littératures françaises et chercheur indépendant.Laurence IMBERNON, historienne d’art, conservatrice au Musée des Beaux-arts de Rennes. Jean-Pierre MONTIER, professeur de langue et littérature françaises, CELLAM, université Rennes 2. Françoise NICOL, MCF de langue et littérature françaises, université de Nantes, CELLAM. Timothée PICARD, professeur de langue et littérature françaises, CELLAM. Jean-Michel RABATE, professeur de littérature française, université de Pennsylvanie. Natalia SMOLIANSKAIA, historienne d’art et commissaire d’exposition, Moscou (Russie). Pierre VILAR, MCF en langue et littérature françaises, université de Pau.

Comité d’organisation

Laurence BOUVET-LEVEQUE et  Nelly BREGEAULT-KREMBSER 
(Cellule Recherche UFR ALC, université Rennes 2). Yolande SAMBIN, chargée de projets, MSHB – USR CNRS 3549 et Catherine GODEST, chargée de communication MSHB. Jean-Pierre MONTIER et Françoise NICOL.  Assistante : Sophie CHAPEY, titulaire d’un master en Histoire de l’art (université Rennes 2)

CALL: “Defining abstract art, Paris - New York - Tokyo, 1944-1964”

 The symposium is the culmination of a project that began in 2016 on painting in the post-war era (1944-1964).

Sometimes regarded as an in-between period and no doubt underestimated by academia, it began in November 1944, the year when the Salon d’Automne was renamed the Salon de la Libération and dedicated to Picasso. It is said to have symbolically come to an end in June 1964, the date of the 32nd Venice Biennale, when the American Robert Rauschenberg received the Grand Prix. Painting is considered in the context of a “critical relationship”, to use the words of Jean Starobinski, that is, in terms of its combined reception among writers and critics, and the art community and the general public. The Art Criticism Archives of the Rennes National Institute of Art History (Archives de la critique d’art, INHA de Rennes), provided a valuable body of documentation for the seminar work.

The aim of this symposium is to question how the art community regarded abstraction during this period. In galleries as in discourse, abstract painting plays a leading role in aesthetic power relations that play out internationally and which are inseparable from economic and political issues. The presence of abstraction changes artists’ positions, whether they class their work to be abstract or not, and generates debate both among writers and critics.

We feel it is necessary to explore abstract art in the post-war period when it became a “worldwide phenomenon”, spelling the start of global flows in the art world for stakeholders across the board. Our aim is not to give it a single definition, but rather to gain a better understanding of the complexity of denominations in the field of painting (art informel, “art autre” (art of another kind), concrete art, and Réalités nouvelles (new realities), etc.), to analyse the gaps between the discourse on “abstract art” and that of earlier periods, and to try and define their characteristics in context. We will consider the theoretical viewpoints and the often contradictory stories developed in intellectual frameworks that may be derived from the thinking of the avant-garde movement or from new academicisms in particular.

At a time when discussion about abstraction as a promise or an impasse has virtually dried up, when talk is more often of false debate, and when more general and contradictory definitions are becoming widespread, we hope to shed some light on the matter of abstraction, by moving beyond the far too simple abstraction-figuration antithesis.

Research must fit into an international perspective. It can also build on critical works from writers or “specialists”, be based on case studies (for example, an analysis of the work and impact of a Paris gallery with international connections), or focus on an unexpected artistic direction. The aesthetic angle may also be developed more widely. In any event, it will foster different perspectives around the chosen subject. The importance of reflection is that it is interdisciplinary. Researchers in literature(s) who are interested in art criticism in all its forms (from articles for journals to poetic writings, for example) will be able to exchange with art historians, philosophers or sociologists.

L’argumentaire scientifique est ici: Argumentaire scientifique pour diffusion

Arts abstraits au pluriel?, 23 février 2018

Vendredi 23 février 2018. 10h-17h.

LIEU:  Archives de la critique d’art-INHA, 4 Allée Marie Berhaut, 35000 Rennes.

   PROGRAMME: L‘art abstrait sous le regard de ses observateurs ou doit-on écrire  au pluriel “art abstrait”(1944-1964)?

La journée d’étude du 23 février 2018 est la deuxième du programme de recherche La « relation critique » en France : les arts visuels vus à travers les écrits, 1944-1964 (https://relarts.hypotheses.org). Elle s’est déroulée à nouveau aux Archives de la critique d’art-INHA, à Rennes et a réuni des jeunes chercheurs de diverses disciplines (histoire, histoire de l’art, linguistique, littérature), les étudiants en master d’histoire de l’art d’Antje KramerMallory, maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université de Rennes 2 (EA 1279) ainsi que deux étudiantes de Master littérature à l’université de Nantes.

L’interrogation sur « l’art abstrait » a été prolongée non plus en partant des peintres, mais en mettant en perspective les points de vue de ses observateurs, toujours dans un espace « transatlantique ». L’art abstrait  a été observé à la fois comme unité lexicale et comme notion.

Une galerie d’abord, la galerie du Dragon, située à Paris mais assurant un lien en marge de l’abstraction avec les artistes des Amériques, a été étudiée par Élisa Capdevila.

Les critiques ensuite : comment inscrire l’art abstrait dans l’histoire de la peinture ? Que fait-il au spectateur ? Par quels clivages est-il traversé ? Au fait, « l’art abstrait », du moins au singulier, existe-t-il dans cette période (1944-1964) marquée par les questionnements, les polémiques et ce mélange, difficile à démêler, de dogmatisme et de mobilité des positions ? Pour y réfléchir, ont été confrontés deux discours critiques, celui de Georges Limbour (1900-1970) et celui de James Johnson Sweeney (1900–1986). La linguiste Valérie Rochaix examinera les termes associés à l’abstraction dans les chroniques parisiennes du poète et critique français. Deux historiennes d’art, Beatriz Cordero Martin et Lola Lorant, mettront en relation les écrits et le travail du premier directeur du Solomon Guggenheim Museum de New York et membre fondateur de l’AICA.

  • 10h: introduction: Nathalie Boulouch, directrice des Archives de la critique d’art (ACA-INHA) et Françoise Nicol.
  • 10h45: Elisa Capdevila (docteure en histoire, membre associée du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) : “La Galerie du Dragon, un lieu de rencontres transnationales en marge de l’abstraction”.

Reprise en 1955 par le poète Max Clarac-Sérou, la Galerie du Dragon s’affirme à la fin des années 1950 et au début des années 1960 comme un lieu de rencontres internationales, en rupture avec un milieu de l’art dominé par l’abstraction. Y seront exposés, sous la houlette du peintre Matta, des artistes venus d’horizon divers, pour la plupart figuratifs et d’inspiration surréaliste et, pour beaucoup, marqués par les luttes de décolonisation. Ce lieu reflète ainsi à la fois le dynamisme et la complexité de la scène artistique parisienne de cette époque. Son histoire est aussi celle de l’essor d’un nouvel art figuratif, transnational et engagé, dans l’Occident de la guerre froide.

  • 11h15: Exposition présentée par les étudiants en histoire de l’art d’Antje Kramer-Mallordy. Avec le soutien de Laurence Le Poupon, chargée des archives aux ACA-INHA.
  • 13h45: Valérie Rochaix (docteure en sciences du langage de l’Université Bretagne Loire et membre du laboratoire CoDiRe (Construction discursive des représentations linguistiques et culturelles, EA 4643, université de Nantes): “L’exploration outillée (par les logiciels d’analyse Tropes et Iramuteq) de la critique littéraire. Le cas de l’art abstrait dans l’œuvre critique de G. Limbour”.

Que peuvent dire les articles du critique d’art Georges Limbour de l’évolution de la représentation de l’art abstrait entre la sortie de la 2e guerre mondiale et le milieu des années 60 ? Nous nous proposons d’explorer cette question dans une perspective sémantique, en concentrant notre recherche sur le mot abstrait et ses dérivés tels qu’ils sont déployés dans le recueil Spectateur des arts, écrits sur la peinture (1924-1969) (ed. M. Colin-Picon, F. Nicol). Fondée sur les données produites par deux logiciels d’analyse textuelle théoriquement à même de tenir la subjectivité de l’analyste à distance, Tropes et Iramuteq, notre étude présente des résultats fondés sur les seules données textuelles, dépourvues de l’éclairage des spécialistes en lettres et en histoire de l’art mais, nous l’espérons, à même de leur proposer de nouvelles pistes d’analyse.

Autour de James Johnson Sweeney:

  • 14h45: Beatriz Cordero Martin (historienne d’art, docteure en Histoire de l’art de Complutense University, Madrid, enseignante à Saint Louis University, Madrid : ” Abstract Art and Plastic Redirections in 20th Century Art. A reflexion on Sweeney’s critical and curatorial work”.

Beatriz Cordero’s presentation will focus on Sweeney’s view on abstraction, from his first exhibition as a curator at The Renaissance Society (University of Chicago, 1934), Abstract Art by Four Twentieth-century Painters to his important role as a champion of Abstract Expressionism. Sweeney´s perspective on abstract art will be compared to that of his contemporaries, such as Alfred Barr, Albert Barnes, Hilla Rebay, Peggy Guggenheim or John and Dominique de Menil.

  • 15h30: Lola Lorant (doctorante en histoire de l’art, université Rennes 2, et membre du programme PRISME aux ACA-INHA): La participation de James Johnson Sweeney aux débats de l’AICA : un point de vue américain sur l’abstraction, entre singularité et conformisme.

L’intérêt de James Johnson Sweeney pour l’art européen fait figure d’exception sur une scène artistique américaine qui, enorgueillie de l’émergence de l’expressionnisme abstrait américain, se détourne du vieux continent. Mais faut-il pour autant considérer la posture du critique d’art et directeur de musée comme dissidente à l’égard d’un discours sur l’art américain connu pour être chauvin et triomphaliste ? Les rencontres de l’AICA, à partir de 1948, témoignent de l’ouverture internationale de James Johnson Sweeney, mais également de son rôle de représentant de l’art américain, conforme aux politiques menées par les institutions muséales ?

 Traduction: Laurence Imbernon, conservateur au Musée de Rennes.

Autour de Sam Francis et Bram Van Velde, 14 décembre 2017

1. Jeudi 14 décembre 2017. 10h-17h.

LIEUArchives de la critique d’art-INHA, 4 Allée Marie Berhaut, 35000 Rennes (directrice: Nathalie Boulouch).

PROGRAMME: Autour de Sam Francis et de Bram van Velde

Cette journée a réuni des chercheurs de diverses disciplines (histoire de l’art, esthétique et littérature) et les étudiants en master d’histoire de l’art d’Antje KramerMallordy, maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université de Rennes 2 (EA 1279).

Elle a permis d’observer deux « situations ». Le mot est emprunté au premier directeur du Centre Pompidou, Pontus Hulten : « Par situation, on peut entendre: exposition, salon, revue, galerie, collection particulière, c’est-à-dire un tout, un ensemble de lieux où des gens curieux de leur temps et d’eux-mêmes » (Catalogue de l’exposition Paris-New York, 1977).

La première a été examinée à partir d’un tableau du peintre Sam Francis, acquis par le musée des Beaux-Arts de Rennes, en France : Composition bleue sur fond blanc, 1960. Le second peintre au cœur de notre réflexion sera Bram Van Velde dont l’art, aux yeux de Samuel Beckett, en 1957, est « différent de tout art pratiqué jusqu’à ce jour » (Trois Dialogues). Ces deux recherches ont permis d’entamer l’étude du regard porté sur la peinture, des deux côtés de l’Atlantique, dans la période de l’après-guerre. Quelles représentations de celle-ci s’élaborent dans les discours croisés de Samuel Beckett, dont la position critique sera particulièrement examinée, et de Georges Duthuit, en résonance avec la pensée de Gaëtan Picon et celle de Clement Greenberg ?

Intervenants

  • Introduction du séminaire (F.Nicol)
  • Laurence Imbernon (historienne d’art, Musée des Beaux-Arts de Rennes) Autour d’une œuvre de Sam Francis, Composition bleue sur fond blanc, 1960. La réception de Sam Francis en France”.
  • Amy Smiley: (New-York University) .”Fathoming Abstract Expressionism: the Case of Bram van Velde”.

Critics, gallery owners, and artists themselves participated in a narrative of the act of creation in Abstract Expression, deeply entrenched in the post-war culture in New York. Could van Velde’s work be seen through the lens of this narrative? The pathos of van Velde finds a more likely home beyond narrative; in Beckett’s approach–one of enactment, and Picon’s–one of poetics.

  • Martine Colin-Picon, chercheur indépendant et ingénieur de recherche accompagnera Amy Smiley.
  • Jean-Michel Rabaté (University of Pennsylvania). “L’esthétique comme éthique, le dialogue entre Beckett et Duthuit.”                         J.M. Rabaté a étudié sur l’œuvre critique de Georges Duthuit (1891-1973), dans ses relations avec Clement Greenberg et Samuel Beckett.
  • Pierre Vilar (université de Pau). “Revers du tableau : portrait de Beckett en critique d’art”.
    Samuel Beckett a proclamé dans son essai sur les frères Van Velde son peu de goût pour la critique d’art. La plupart des brefs essais qu’il consacre aux arts plastiques ont été rangés par lui au rang des disjecta. Et pourtant. A l’image du tableau retourné que l’on finit par oublier, sur la scène de Fin de partie, le discours de l’art, le discours sur l’art pourrait bien hanter l’ensemble de l’œuvre, comme un horizon perdu, et la publication ces dernières années, en Angleterre puis en France, de la correspondance, permet d’accéder aux traces d’une véritable passion des images et de la peinture, passion contrariée qu’accompagne paradoxalement la construction progressive d’une compétence exceptionnelle, d’une étonnante expertise, sinon d’une légitimité toujours remise en cause.

Un compte rendu détaillé a été réalisé par Paul CHRISTOPHE et Yohan GIANERI, étudiants en deuxième année du master « Histoire, Théories, Critiques de l’Architecture », université Rennes 2.  Grand merci à eux:  P. Christophe et Y. Gianeri, Autour de Sam Francis et Bram van Velde

On trouvera la bibliographie de cette journée sous l’onglet Bibliographie sélective .

“L’effet Dubuffet” (Gaëtan Picon)

PROGRAMME: Programme_MSHB_Relarts_6avril2018

Comme à propos de Bram van Velde, c’est l’œuvre d’un peintre, Jean Dubuffet (1901-1985) qui a été “la situation” observée. Pourquoi ce peintre ? Pour au moins trois raisons.

D’abord, l’évolution de sa carrière même est exemplaire de la suprématie progressive de New-York sur Paris dans la période qui nous intéresse. C’est le 8 juillet 1944, avant même la Libération de Paris, que paraît dans Comoedia le premier article sur l’œuvre de Jean Dubuffet, sous la plume de Georges Limbour : « Révélation d’un peintre Jean Dubuffet ». Le peintre expose chez René Drouin, à Paris. Mais, dès 1947, son œuvre traverse l’Atlantique pour être présentée à la Galerie Pierre-Matisse de New-York. En 1968, a lieu une première exposition à la Pace Gallery, qui va présenter, cinquante ans plus tard (en mai 2018), ses Théâtres de mémoire. Dubuffet ira même jusqu’à se détourner totalement de Paris, abandonnant la galerie Jeanne-Bucher entre 1971 et 1982. Comment expliquer l’impact de l’œuvre de ce peintre aux États-Unis et quel effet y a-t-elle produit ?

Ensuite, son œuvre est une de celles qui symbolisent le mieux, en tout cas au niveau français, le passage de relais entre les critiques écrivains et les critiques « professionnels », les historiens d’art et les philosophes s’emparant du leadership dans ce domaine, au milieu du xxe siècle. Georges Limbour publie Tableau bon levain, à vous de cuire la pâte, en 1953, mais son livre suivant, Le Recensement universel, ne paraîtra jamais. C’est Hubert Damisch que choisit Dubuffet dans les années soixante.

Enfin, cette œuvre-« continent » (Gaëtan Picon) est exemplaire d’une relation critique qui, dans cette période, peine à se définir, mesure ses propres impasses, et ce, dans un double mouvement discursif : « L’effet Dubuffet », pour reprendre encore le mot de Picon, suscite l’enthousiasme ou scandalise, dans un affrontement des discours en écho à ce combat en quoi consiste la peinture, décrit par Limbour au début de Tableau bon levain. En face, le peintre qui est aussi écrivain s’interroge sur la critique, jusqu’à la contester dans ses fondements mêmes.

Deux spécialistes de Jean Dubuffet, Sophie Berrebi, professeur à l’université d’Amsterdam, et Baptiste Brun, maître de conférences à l’université de Rennes 2, ont confronté leur point de vue à ceux de Dorian Manier, jeune chercheur à l’université de Paris Sorbonne, spécialiste de Gaëtan Picon, et Martine Colin-Picon et Françoise Nicol qui ont dirigé l’édition des écrits sur l’art de Georges Limbour. Martine Colin-Picon avait préparé une exposition, complétée par de précieux documents des Archives de la critique d’art, sur Dubuffet et Gaëtan Picon.

 

Les arts visuels à travers les écrits