« La peinture radieuse de David Lewis »

David Lewis est un artiste anglais, installé à Rennes, en Bretagne, depuis 1990. En février 2019, je l’ai vu entrer dans l’amphithéâtre où se tenait le colloque organisé à la MSHB de Rennes. La réflexion sur l’art abstrait que nous menions alors l’intéressait, lui permettant, sans doute, de repasser mentalement par les bifurcations et les carrefours de son parcours: l’évolution de son travail montre en effet que le rapport à la nature et la présence-absence de la figure le préoccupent. Son site, qui s’ouvre sur une photo de pleine présence, permet de prendre connaissance de ce parcours. Mais des écrits le concernant, c’est celui signé de Michel Nuridsany qui m’a le mieux éclairée : « La peinture radieuse de David Lewis », in Jean-Pierre Bruaire et Catherine Melotte, David Lewis, Granville Gallery, 2011. Les monochromes (bas de la page) exposés alors sont distingués par le critique de ceux de Malévitch ou d’Yves Klein. Voilà pourquoi:

« Cette peinture est chargée d’un vécu, certes peu apparent mais non inexistant (…) . Les monochromes de David Lewis (font) naître (la peinture) d’un fond chargé de mémoire à partir duquel elle émane. On pourra dire que ce n’est rien, mais tout s’en trouve changé. Il s’agit d’apparences semblables mais d’un processus différent, d’une façon de mettre en œuvre avec radicalité ce qu’André Masson appelle de ses vœux: « Dans l’art, écrit-il, il n’y a ni formes, ni objets, il n’y a que des événements, des surgissements, des apparitions« . Exactement cela: David Lewis fomente des apparitions. »

On lira aussi avec intérêt le court texte du peintre, « A propos de ma peinture ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.