Rapport d’étape, 24 juillet 2017

Entre janvier et juillet 2017, période de recherche bibliographique et de construction des séminaires à venir, se sont confirmés parmi d’autres  les points suivants:

  1. L’opposition Paris-New-York (ou « École de Paris » – « École de New York », est réductrice. On pense l’histoire de l’art aujourd’hui en termes de « constellation » avec Jean-François Chevrier, ou de « réseau ». Et notre projet veut précisément questionner l’affirmation  suivante: dans les années 50, « Paris et la France avaient perdu leur hégémonie culturelle, New York s’était emparé de toutes les clefs critiques, au point que des marchands d’art avisés avaient quitté Paris pour faire du négoce en Amérique ». Dès 2010, Serge Guilbaut (« La dépression lyrique », Critique d’art, n°36)  alerte sur les simplifications excessives et souligne la vigueur avec laquelle la recherche est relancée sur cette période. La récente exposition consacrée à René Drouin, à la Bibliothèque des arts décoratifs de Paris (René Drouin et ses peintres, Nicole Marchand-Zañartu et Jean-Claude Drouin, dir.), démontre, parmi d’autres exemples, le schématisme de l’opposition sur laquelle reposait cette affirmation.
  2. La question de la 2e guerre mondiale et de ses effets est centrale. Ainsi, l’étude du rôle des Surréalistes en Amérique, pendant la guerre, puis de retour d’exil ensuite (voir le livre de Fabrice Flahutez) peut encore se prolonger. A propos d’André Masson, par exemple. Mais encore faut-il la poser de manière ample. « Quels sont les territoires, tant géographiques que chronologiques, de ‘l’après-guerre’ ? En d’autres termes, où, et quand, finit la guerre ? » Territoires géographiques mais aussi chronologiques (voir Cécile Bargues, « Après la guerre », revue Critique d’art, p. 48, p.  84)…  Après les travaux de Laurence Bertrand-Dorléac, Il faut encore questionner l’idée du « Repartir à zéro », en 1945, comme le fait Stéphane Guégan, par exemple, dans L’Art en péril.
  3. Nombre d’études actuelles élargissent à juste titre l’espace géographique aux deux Amériques, et à l’Asie. Voir O. Enwezor, K. Siegel, U. Wilmes (dir.), Post war, Art between The Pacific and the Atlantic, 1945-1965, Munich, Prestel, Haust Der Kunst, 2016 (846 p.).

S’il n’est pas envisageable de passer à cette échelle, dans le cadre d’un projet consacré à la France et Paris, l’idée est née de travailler sur quelques cas d’artistes américains en France et de peintres ou graveurs japonais vivant à Paris ou exposant en France. Cette dernière étude portera sur les œuvres japonaises présentes aux Biennales de Paris de cette période (1959-1966).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.