Tal Coat

Georges Limbour, Tal Coat, préface de Pierre Brullé, Paris, Le Bruit du temps, 2017.

A l’occasion de l’année Tal Coat, paraît  un petit volume élégant contenant 4 textes  des années 1950 sur le peintre Pierre Tal Coat. Ces textes, éclairés par l’historien d’art Pierre Brullé et illustrés, replacent le peintre dans le débat figuration/abstraction, tout en le mettant en relation avec Cézanne. Le poète-critique Limbour a connu Tal Coat, près de la Montagne Sainte-Victoire, alors que le peintre habitait non loin d’un de ses meilleurs amis, André Masson.

Deux livres sont signés par le spécialiste de Tal Coat (1905-1985), Jean-Pascal Léger: 1. la réédition des entretiens enregistrés avec le peintre dans son atelier de Dormont, en 1977, aux éditions L’Atelier contemporain: L’Immobilité battante, Pierre Tal Coat. Photographies en noir et blanc de l’atelier par Michel Dieuzaide. 2. La monographie Tal Coat, Pierre et front de bois, chez Somogy, qui s’ouvre sur une citation du peintre Jean-Lous Bentajou. Voir le compte rendu dans la revue Critique d’art.

Signalons pour finir le livre important  du critique d’art et commissaire d’expostion, Jean-Marc Huitorel, paru, lui, en février 2019 : Tal Coat en devenir, 1905-1985, Locus Solus, à l’occasion de la rétrospective Tal Coat, à Pont-Aven (autres auteurs: Estelle GUILLE des BUTTES-FRESNEAU, Directrice et conservatrice en chef du musée de Pont-Aven et Olivier DELAVALLADE, directeur du domaine de Kerguéhennec).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.