Archives de catégorie : 2019-2022: Arts visuels au Japon

Recherche sur le Japon

Nouvelle orientation: artistes japonais, Tokyo, Paris, New York (1945-1964)

Le premier programme de recherche a  imposé une évidence: limiter l’étude à l’axe Paris-New-York est fécond mais réducteur. Comment élargir cette vision bilatérale? C’est vers le Japon que nous nous sommes tournés, en tentant de penser (toujours à partir d’études de cas),le triangle Paris – Tokyo (et Osaka) – New-York.

  • Aux Archives de la critique d’art-INHA, se trouvent les archives de la Biennale de Paris (1959-1985) – une autre partie se trouve à la Bibliothèque Kandinsky, à Paris. Ces archives révèlent l’importance  et l’intérêt de la présence des artistes japonais dans la période considérée.
  • Une enquête au Japon sur quelques-uns de ces artistes a été menée par F.Nicol, dans le cadre d’un séjour de recherche à l’université de Sophia (avril-juillet 2018). Elle a porté prioritairement sur les artistes japonais ayant exposé aux Biennales de Paris entre 1959 et 1965, mais s’est élargie au contexte artistique de la période considérée. Elle se prolonge en 2019 et 2020.
  • Cette recherche sur les Biennales est menée en concertation avec le projet de l’INHA sur la Biennale de Paris: 1959-1985, au prisme de la biennale de Paris

Pourquoi le Japon? Précisons d’emblée qu’il n’y a aucune exclusive dans ce choix: faut-il rappeler la  place majeure de l’Amérique latine, dans le champ des  échanges entre acteurs du monde de l’art dans la période considérée? Elle  fait l’objet d’autres recherches.

Japon-France: après la 2e guerre mondiale, l’intérêt pour les avant-gardes françaises d’un côté, pour l’art japonais du passé ou du présent de l’autre, les échanges entre artistes et institutions constituent un objet d’étude renouvelé aujourd’hui au Japon, à travers colloques et expositions. On n’en donnera qu’un exemple: l’exposition Cubism in Japan, Picasso’s impact (Saitama, Japon,  2016-2017). Les enjeux politiques sont évidemment complexes. Observer la relation Japon-France exige de prendre en compte au même moment la relation Japon-US. Mais ce qui se joue aussi est une réflexion sur la fertilité de ces échanges, au-delà de ce qu’en retiennent les discours stéréotypés, dans les deux pays.

Deux premières pistes de réflexion se dégagent à propos du discours critique:
• Étudier la présence des artistes japonais dans les premières Biennales de Paris (Archives ACA-INHA), présence qui fait l’objet de discours proposant non seulement la présentation des artistes concernés mais l’esquisse d’une représentation des spécificités de l’art japonais.
• Revenir sur l’exposition du Centre Pompidou : Japon des avant-gardes 1910-1970, 1986-1987, en analysant quelques -uns des textes du catalogue. Voir l’article passionnant du site Histoire des expositions http://histoiredesexpos.hypotheses.org/1704

On trouvera un résumé du pré-projet (avril 2018): 1 France-JAPON