« L’effet Jean Dubuffet » (Gaëtan Picon), 6 avril 2018

PROGRAMME: Programme_MSHB_Relarts_6avril2018

Comme à propos de Bram van Velde, c’est l’œuvre d’un peintre, Jean Dubuffet (1901-1985) qui a été « la situation » observée. Pourquoi ce peintre ? Pour au moins trois raisons.

D’abord, l’évolution de sa carrière même est exemplaire de la suprématie progressive de New-York sur Paris dans la période qui nous intéresse. C’est le 8 juillet 1944, avant même la Libération de Paris, que paraît dans Comoedia le premier article sur l’œuvre de Jean Dubuffet, sous la plume de Georges Limbour : « Révélation d’un peintre Jean Dubuffet ». Le peintre expose chez René Drouin, à Paris. Mais, dès 1947, son œuvre traverse l’Atlantique pour être présentée à la Galerie Pierre-Matisse de New-York. En 1968, a lieu une première exposition à la Pace Gallery, qui va présenter, cinquante ans plus tard (en mai 2018), ses Théâtres de mémoire. Dubuffet ira même jusqu’à se détourner totalement de Paris, abandonnant la galerie Jeanne-Bucher entre 1971 et 1982. Comment expliquer l’impact de l’œuvre de ce peintre aux États-Unis et quel effet y a-t-elle produit ?

Ensuite, son œuvre est une de celles qui symbolisent le mieux, en tout cas au niveau français, le passage de relais entre les critiques écrivains et les critiques « professionnels », les historiens d’art et les philosophes s’emparant du leadership dans ce domaine, au milieu du xxe siècle. Georges Limbour publie Tableau bon levain, à vous de cuire la pâte, en 1953, mais son livre suivant, Le Recensement universel, ne paraîtra jamais. C’est Hubert Damisch que choisit Dubuffet dans les années soixante.

Enfin, cette œuvre-« continent » (Gaëtan Picon) est exemplaire d’une relation critique qui, dans cette période, peine à se définir, mesure ses propres impasses, et ce, dans un double mouvement discursif : « L’effet Dubuffet », pour reprendre encore le mot de Picon, suscite l’enthousiasme ou scandalise, dans un affrontement des discours en écho à ce combat en quoi consiste la peinture, décrit par Limbour au début de Tableau bon levain. En face, le peintre qui est aussi écrivain s’interroge sur la critique, jusqu’à la contester dans ses fondements mêmes.

Deux spécialistes de Jean Dubuffet, Sophie Berrebi, professeur à l’université d’Amsterdam, et Baptiste Brun, maître de conférences à l’université de Rennes 2, ont confronté leur point de vue à ceux de Dorian Manier, jeune chercheur à l’université de Paris Sorbonne, spécialiste de Gaëtan Picon, et Martine Colin-Picon et Françoise Nicol qui ont dirigé l’édition des écrits sur l’art de Georges Limbour. Martine Colin-Picon avait préparé une exposition, complétée par de précieux documents des Archives de la critique d’art, sur Dubuffet et Gaëtan Picon.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.