Arts abstraits au pluriel?, 23 février 2018

Vendredi 23 février 2018. 10h-17h.

LIEU:  Archives de la critique d’art-INHA, 4 Allée Marie Berhaut, 35000 Rennes.

   PROGRAMME: L‘art abstrait sous le regard de ses observateurs ou doit-on écrire  au pluriel « art abstrait »(1944-1964)?

La journée d’étude du 23 février 2018 est la deuxième du programme de recherche La « relation critique » en France : les arts visuels vus à travers les écrits, 1944-1964

Archives de la critique d’art-INHA, Rennes. La journée a réuni des jeunes chercheurs de diverses disciplines (histoire, histoire de l’art, linguistique, littérature), les étudiants en master d’histoire de l’art d’Antje KramerMallory, maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université de Rennes 2 (EA 1279) ainsi que deux étudiantes de Master littérature à l’université de Nantes.

L’interrogation sur « l’art abstrait » a été prolongée non plus en partant des peintres, mais en mettant en perspective les points de vue de ses observateurs, toujours dans un espace « transatlantique ». L’art abstrait  a été observé à la fois comme unité lexicale et comme notion.

Une galerie d’abord, la galerie du Dragon, située à Paris mais assurant un lien en marge de l’abstraction avec les artistes des Amériques, a été étudiée par Élisa Capdevila.

Les critiques ensuite : comment inscrire l’art abstrait dans l’histoire de la peinture ? Que fait-il au spectateur ? Par quels clivages est-il traversé ? Au fait, « l’art abstrait », du moins au singulier, existe-t-il dans cette période (1944-1964) marquée par les questionnements, les polémiques et ce mélange, difficile à démêler, de dogmatisme et de mobilité des positions ? Pour y réfléchir, ont été confrontés deux discours critiques, celui de Georges Limbour (1900-1970) et celui de James Johnson Sweeney (1900–1986). La linguiste Valérie Rochaix examinera les termes associés à l’abstraction dans les chroniques parisiennes du poète et critique français. Deux historiennes d’art, Beatriz Cordero Martin et Lola Lorant, mettront en relation les écrits et le travail du premier directeur du Solomon Guggenheim Museum de New York et membre fondateur de l’AICA.

  • 10h: introduction: Nathalie Boulouch, directrice des Archives de la critique d’art (ACA-INHA) et Françoise Nicol.
  • 10h45: Elisa Capdevila (docteure en histoire, membre associée du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) : « La Galerie du Dragon, un lieu de rencontres transnationales en marge de l’abstraction ».

Reprise en 1955 par le poète Max Clarac-Sérou, la Galerie du Dragon s’affirme à la fin des années 1950 et au début des années 1960 comme un lieu de rencontres internationales, en rupture avec un milieu de l’art dominé par l’abstraction. Y seront exposés, sous la houlette du peintre Matta, des artistes venus d’horizon divers, pour la plupart figuratifs et d’inspiration surréaliste et, pour beaucoup, marqués par les luttes de décolonisation. Ce lieu reflète ainsi à la fois le dynamisme et la complexité de la scène artistique parisienne de cette époque. Son histoire est aussi celle de l’essor d’un nouvel art figuratif, transnational et engagé, dans l’Occident de la guerre froide.

  • 11h15: Exposition présentée par les étudiants en histoire de l’art d’Antje Kramer-Mallordy. Avec le soutien de Laurence Le Poupon, chargée des archives aux ACA-INHA.
  • 13h45: Valérie Rochaix (docteure en sciences du langage de l’Université Bretagne Loire et membre du laboratoire CoDiRe (Construction discursive des représentations linguistiques et culturelles, EA 4643, université de Nantes): « L’exploration outillée (par les logiciels d’analyse Tropes et Iramuteq) de la critique littéraire. Le cas de l’art abstrait dans l’œuvre critique de G. Limbour ».

Que peuvent dire les articles du critique d’art Georges Limbour de l’évolution de la représentation de l’art abstrait entre la sortie de la 2e guerre mondiale et le milieu des années 60 ? Nous nous proposons d’explorer cette question dans une perspective sémantique, en concentrant notre recherche sur le mot abstrait et ses dérivés tels qu’ils sont déployés dans le recueil Spectateur des arts, écrits sur la peinture (1924-1969) (ed. M. Colin-Picon, F. Nicol). Fondée sur les données produites par deux logiciels d’analyse textuelle théoriquement à même de tenir la subjectivité de l’analyste à distance, Tropes et Iramuteq, notre étude présente des résultats fondés sur les seules données textuelles, dépourvues de l’éclairage des spécialistes en lettres et en histoire de l’art mais, nous l’espérons, à même de leur proposer de nouvelles pistes d’analyse.

Autour de James Johnson Sweeney:

  • 14h45: Beatriz Cordero Martin (historienne d’art, docteure en Histoire de l’art de Complutense University, Madrid, enseignante à Saint Louis University, Madrid :  » Abstract Art and Plastic Redirections in 20th Century Art. A reflexion on Sweeney’s critical and curatorial work ».

Beatriz Cordero’s presentation will focus on Sweeney’s view on abstraction, from his first exhibition as a curator at The Renaissance Society (University of Chicago, 1934), Abstract Art by Four Twentieth-century Painters to his important role as a champion of Abstract Expressionism. Sweeney´s perspective on abstract art will be compared to that of his contemporaries, such as Alfred Barr, Albert Barnes, Hilla Rebay, Peggy Guggenheim or John and Dominique de Menil.

  • 15h30: Lola Lorant (doctorante en histoire de l’art, université Rennes 2, et membre du programme PRISME aux ACA-INHA): La participation de James Johnson Sweeney aux débats de l’AICA : un point de vue américain sur l’abstraction, entre singularité et conformisme.

L’intérêt de James Johnson Sweeney pour l’art européen fait figure d’exception sur une scène artistique américaine qui, enorgueillie de l’émergence de l’expressionnisme abstrait américain, se détourne du vieux continent. Mais faut-il pour autant considérer la posture du critique d’art et directeur de musée comme dissidente à l’égard d’un discours sur l’art américain connu pour être chauvin et triomphaliste ? Les rencontres de l’AICA, à partir de 1948, témoignent de l’ouverture internationale de James Johnson Sweeney, mais également de son rôle de représentant de l’art américain, conforme aux politiques menées par les institutions muséales ?

 Traduction: Laurence Imbernon, conservateur au Musée de Rennes.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.