Le colloque final

L’art abstrait en quête de définitions:
Paris, New-York, Tokyo, 1944-1964. 

Maison des sciences de l’homme de Bretagne (MSHB), Rennes (et Brest en visio-conférence)
7-8 février 2019

Le colloque, aboutissement d’une réflexion menée depuis 2016 sur la peinture à Paris dans l’après-guerre (1944-1964),  a questionné l’art abstrait dans cette période quand il est devenu un « phénomène mondial » (Dora Vallier). Non avec la prétention d’en donner une définition univoque, mais pour tenter d’explorer le maquis des dénominations dans le champ de la peinture, de mettre en lumière la variété des démarches artistiques et la complexité des circulations des œuvres, des artistes et des divers acteurs de la vie artistique, à Paris, au Japon et aux États-Unis. La peinture a été envisagée sous l’angle de la « relation critique », pour reprendre la formule de Jean Starobinski. 
Base documentaire:  Archives de la critique d’art–INHA.
ACTES: voir ici

Colloque organisé par le CELLAM, EA 3206 Rennes 2, en partenariat avec la Maison des sciences de l’homme de Bretagne. Sous la direction du professeur Jean-Pierre Montier et de Françoise Nicol, MCF, langue et littérature françaises.

APPEL : AC_Charte_MSHB_REL-ARTS

Jeudi 7 février 2019 : L’art abstrait, Japon – Paris

Matin:  Face à l’internationalisation de l’art au Japon

  • 9h30-10h15 : ouverture du colloque par Leszek BROGOWSKI, professeur et vice-président de l’université Rennes 2 et Jean-Pierre MONTIER, professeur et responsable scientifique du colloque, CELLAM, université Rennes 2. Introduction par Françoise NICOL, CELLAM, université Rennes 2 : Deux ans d’enquête sur « l’École de Paris ».
  •  10h15-11h : Michael LUCKEN, professeur, INALCO, ouverture : Japon : le risque de « l’ailleurs ».
  • 11h15-11h45 : Yuri MITSUDA, conservatrice au Kawamura Memorial DIC Museum of art, à Sakura, Japon et membre du Conseil de l’AICA-Japon :  Informel  whirlwind in Japan: what it  changed.
  • 11h45-12h15: Lilian FROGER, docteur, ACA-INHA et université Rennes 2 : 1962 : année japonaise pour Pierre Restany.

Après-midi : Formes d’abstraction au Japon

  • 14h00-14h30 : Eugenia BOGDANOVA-KUMMER, Lecturer in Japanese Arts, Sainsbury Institute, University of East Anglia, Norwich, Grande Bretagne, Art abstrait et calligraphie au Japon
  • 14h30-15h : Natalia SMOLIANSKAIA, historienne d’art et commissaire d’exposition, Moscou (Russie), « Jetez-vous en l’air »: l’art abstrait au croisement de la corporéité concrète
  • 15h30-16h : Mélissa LALOUETTE, étudiante en Master 2 Histoire de l’art (MAGEMI), université Rennes 2, présentera, avec Nathalie BOULOUCH, directrice des Archives de la critique d’art, l’exposition A propos du Japon, conçue et réalisée à partir d’une recherche documentaire dans les collections des Archives de la critique d’art-INHA.

Une troisième voie

  • 16h-16h30 : Fabrice FLAHUTEZ, professeur, université Paris Nanterre, Entre abstractions et figurations, la troisième voie lettriste
  • 17h45-20h : Soirée  au Musée des Beaux-Arts de Rennes: diffusion du film documentaire Trésor vivant (2012) consacré à l’artiste Kunihiko MORIGUCHI. Intervention de son réalisateur, le cinéaste Marc PETITJEAN, avec Martine COLIN-PICON, chercheur indépendant.
Vendredi 8 février 2019 : Art abstrait, voie introuvable ?

Matin : Explorer les limites de l’art abstrait et de ses définitions

  • 9h00-9h30 : Sandrine HYACINTHE, docteur en histoire de l’art, université Paris 10,  L’œuvre de Tal Coat, retour sur une voie perdue de l’abstraction
  • 9h30-10h : Frédéric MONTEGU, PRAG, université Lyon 2 et CIEREC de Saint-Étienne, Abstraction et paysage
  • 10h30-11h00 :  Raphaël NEUVILLE, docteur, université Toulouse Jean-Jaurès, Les relations du Surréalisme à l’abstraction après la Seconde Guerre mondiale
  • 11h00-12h00 : Yves CHEVREFILS DESBIOLLES, chercheur à l’IMEC, projection du film Hélion, New York, 1946, un artiste au travail ou Hélion et l’abandon de l’abstraction

Après-midi : Paris, carrefour

  • 14h-14h30 : Juliette EVEZARD, docteur, université Paris-Nanterre, Michel Tapié ou la « tentation » du Japon
  • 14h30-16h15 : René Drouin, un éditeur d’art et un découvreur dans le marché de l’art parisien, table-ronde avec Jean-Claude DROUIN, architecte, fils du galeriste René Drouin, Benoît DECRON, directeur des musées du Grand Rodez, Claire PAULHAN, chercheuse et éditrice et Nicole MARCHAND-ZAÑARTU, chercheur indépendant. Discussion menée par Laurence IMBERNON, conservatrice au Musée des Beaux-Arts de Rennes, suivie d’un échange avec la salle.
    Projection d’un extrait du film Claude Berri rencontre Leo Castelli : marchand d’art, 1988.
  • 16h30-16h50 : Bilan du colloque par Jean-Marc POINSOT, professeur en histoire de l’art, université Rennes 2
  • 16h50-17h00 : Jean-Pierre MONTIER et Françoise NICOL : La recherche à venir dans le prolongement du projet.
  • 17h00-17h15: Françoise THIBAULT, déléguée générale de l’Alliance Athéna, et Nicolas THELY, directeur de la MSHB, concluront le colloque.

—————— *  ——————-

Les abstracts en anglais sont ici: Abstracts TT EN

Les résumés en français et  les bio-bibliographies des intervenants : Abstracts et bio-bibliographies 

—————— * ——————–

Durant le colloque, la librairie Le Failler de Rennes sera présente à la MSHB. Vente de livres et dédicaces des auteurs.

Conseil scientifique international

Nathalie BOULOUCH, MCF histoire de l’art, université Rennes 2, et directrice  des Archives de la critique d’art-INHA. Martine COLIN-PICON, docteur en en langue et littératures françaises et chercheur indépendant.Laurence IMBERNON, historienne d’art, conservatrice au Musée des Beaux-arts de Rennes. Jean-Pierre MONTIER, professeur de langue et littérature françaises, CELLAM, université Rennes 2. Françoise NICOL, MCF de langue et littérature françaises, université de Nantes, CELLAM. Timothée PICARD, professeur de langue et littérature françaises, CELLAM. Jean-Michel RABATE, professeur de littérature française, université de Pennsylvanie. Natalia SMOLIANSKAIA, historienne d’art et commissaire d’exposition, Moscou (Russie). Pierre VILAR, MCF en langue et littérature françaises, université de Pau.

Comité d’organisation

Laurence BOUVET-LEVEQUE et  Nelly BREGEAULT-KREMBSER 
(Cellule Recherche UFR ALC, université Rennes 2). Yolande SAMBIN, chargée de projets, MSHB – USR CNRS 3549 et Catherine GODEST, chargée de communication MSHB. Jean-Pierre MONTIER et Françoise NICOL.  Assistante : Sophie CHAPEY, titulaire d’un master en Histoire de l’art (université Rennes 2)

CALL: “Defining abstract art, Paris - New York - Tokyo, 1944-1964”

 The symposium is the culmination of a project that began in 2016 on painting in the post-war era (1944-1964).

Sometimes regarded as an in-between period and no doubt underestimated by academia, it began in November 1944, the year when the Salon d’Automne was renamed the Salon de la Libération and dedicated to Picasso. It is said to have symbolically come to an end in June 1964, the date of the 32nd Venice Biennale, when the American Robert Rauschenberg received the Grand Prix. Painting is considered in the context of a “critical relationship”, to use the words of Jean Starobinski, that is, in terms of its combined reception among writers and critics, and the art community and the general public. The Art Criticism Archives of the Rennes National Institute of Art History (Archives de la critique d’art, INHA de Rennes), provided a valuable body of documentation for the seminar work.

The aim of this symposium is to question how the art community regarded abstraction during this period. In galleries as in discourse, abstract painting plays a leading role in aesthetic power relations that play out internationally and which are inseparable from economic and political issues. The presence of abstraction changes artists’ positions, whether they class their work to be abstract or not, and generates debate both among writers and critics.

We feel it is necessary to explore abstract art in the post-war period when it became a “worldwide phenomenon”, spelling the start of global flows in the art world for stakeholders across the board. Our aim is not to give it a single definition, but rather to gain a better understanding of the complexity of denominations in the field of painting (art informel, “art autre” (art of another kind), concrete art, and Réalités nouvelles (new realities), etc.), to analyse the gaps between the discourse on “abstract art” and that of earlier periods, and to try and define their characteristics in context. We will consider the theoretical viewpoints and the often contradictory stories developed in intellectual frameworks that may be derived from the thinking of the avant-garde movement or from new academicisms in particular.

At a time when discussion about abstraction as a promise or an impasse has virtually dried up, when talk is more often of false debate, and when more general and contradictory definitions are becoming widespread, we hope to shed some light on the matter of abstraction, by moving beyond the far too simple abstraction-figuration antithesis.

Research must fit into an international perspective. It can also build on critical works from writers or “specialists”, be based on case studies (for example, an analysis of the work and impact of a Paris gallery with international connections), or focus on an unexpected artistic direction. The aesthetic angle may also be developed more widely. In any event, it will foster different perspectives around the chosen subject. The importance of reflection is that it is interdisciplinary. Researchers in literature(s) who are interested in art criticism in all its forms (from articles for journals to poetic writings, for example) will be able to exchange with art historians, philosophers or sociologists.

L’argumentaire scientifique est ici: Argumentaire scientifique pour diffusion


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.