PROGRAMME, méthodologie, ÉQUIPE

L’histoire est une construction, dépendante de l’origine qu’on lui fixe
et orchestrant avec le présent des circulations nullement unilatérales.
(G. Maldonado, revue Critique d’art, n°36, p. 40).

PROGRAMME

Le projet REL-ARTS porte sur la « relation critique » (J. Starobinski) en France : les arts visuels (peinture essentiellement) vus à travers les écrits (écrits de poètes, d’artistes, de critiques), dans la période 1944-1964.

Novembre 1944: le Salon d’automne ou « Salon de la Libération », célèbre pour la première fois P. Picasso (1881-1973). Juin 1964 : Le Grand Prix de la Biennale de Venise est attribué à l’artiste américain R. Rauschenberg (1925-2008). Cette date pourrait symboliser la nouvelle prépondérance artistique de New-York sur Paris.

Cette période a été longtemps dévalorisée, du moins en France, par rapport à celle des avant-gardes du début du siècle ou celle que pourraient ouvrir les « Nouveaux Réalistes ». Or, depuis quelques années, travaux de recherches, ouvrages et expositions témoignent d’un renouveau des études à ce sujet. Serge Guilbaut, en 2010, évoque même un « tsunami critique » ! (Éditorial du n°36 de la revue Critique d’art, automne 2010, p. 2).

Il reste beaucoup à faire : dans les années 1944-1964, le foisonnement de la création et de la monstration va de pair avec des affrontements théoriques recouvrant des clivages politiques et des rapports de force mouvants (sur l’art abstrait par exemple). Par ailleurs, sur le terrain de la critique, les rôles se renversent, se déplacent ou se brouillent selon que la peinture est vue par des écrivains, des artistes ou des spécialistes (historiens d’art ou philosophes semblant prendre le pas sur les écrivains auprès des artistes). Le cas de Dubuffet est à cet égard exemplaire. La critique d’art en ressort sous un statut textuel complexe.

Il s’agit d’apporter une contribution à deux questions de recherche:

  1. Quelle est la spécificité de l’écriture sur les arts dans cette période ?
  2. Comment les spécialistes (historiens et critiques, commissaires d’exposition et responsables d’institutions par exemple), les écrivains et les artistes contribuent-ils par leurs discours à la constructions des représentations (multiformes) des arts visuels de cette époque, en France, essentiellement à Paris ?

MÉTHODOLOGIE

Une approche interdisciplinaire confrontant des historiens d’art, des littéraires, des linguistes mais aussi des chercheurs intervenant dans le champ de l’esthétique ou de la sociologie de la réception est privilégiée.

Le point de départ des différentes recherches consiste en des études de cas sur des peintres, voire des œuvres ou des expositions. Il s’agit de prendre du recul sur des représentations, remises dans leur contexte historique, tout en observant des situations privilégiées : par exemple, des échanges entre artistes, l’histoire de l’acquisition et de la monstration de certaines œuvres ou l’observation de . La définition de situation est celle du premier directeur du Centre Pompidou, Pontus Hulten, à l’entrée du catalogue de l’exposition Paris-New York, de 1977: “Par situation, on peut entendre : exposition, salon, revue, galerie, collection particulière, c’est-à-dire un tout, un ensemble de lieux où des gens curieux de leur temps et d’eux-mêmes (1977-1991 :15).”

Approcher « l’histoire de ce flux et de ce reflux d’influences où s’est formé le XXe siècle », pour citer encore Pontus Hulten, c’est s’inscrire dans un espace large, d’abord celui des échanges entre les États-Unis et la France, tels qu’ils se manifestent dans cette période, dans le prolongement de ceux de la fin du XIXe siècle et surtout de la seconde guerre mondiale.

Prendre en compte l’espace mondialisé dans son ensemble était une entreprise démesurée. Mais s’enfermer dans la “rivalité” construite, entre France et États-Unis à l’époque des polémiques sur l’art abstrait” s’est vite révélé réducteur (et déjà fortement travaillé). Le choix a été fait d’élargir la question aux échanges franco-japonais, en privilégiant les artistes japonais ayant circulé en Europe, particulièrement en France, et aux États-Unis.

ÉQUIPE

Aux Archives de la Critique d’art : Nathalie BOULOUCH, directrice jusqu’en 2019, Antje KRAMER-MALLORDY, actuelle directrice (et responsable du programme de recherche Prisme), et Jean-Marc POINSOT, président,  historiens d’art,  ainsi que Laurence Le POUPON, chargée des archives, et Emmanuelle ROSSIGNOL, chargée des ressources documentaires.

A l’université de Rennes 2, Timothée PICARD et Jean-Pierre MONTIER, professeurs de littérature, Baptiste BRUN, MCF en histoire de l’art, Lola LORANT, doctorante en histoire de l’art, les étudiants des Master MAGEMI et  Histoire, Théories, Critiques de l’Architecture.

A l’université de Nantes, Nathalie GARRIC, professeur en sciences du langage et directrice du CoDiRe, et Valérie ROCHAIX, docteur en sciences du langage, Olivier ERTZSCHEID, MCF en sciences de l’information et de la communication à l’IUT de La Roche-sur-Yon.

André CARIOU, ancien directeur et conservateur du musée des beaux-arts de Quimper, Jacqueline CHENIEUX-GENDRON, directrice émérite de recherche au CNRS et chercheur au CRAL-EHESS, Martine COLIN-PICON docteur en littérature française et chercheur indépendant, Stéphane GUEGAN, historien d’art, conservateur au musée des peintures  du musée d’Orsay, Laurence IMBERNON, historienne d’art et conservateur au musée des beaux-arts de Rennes, Agnès LONTRADE, MCF en esthétique et philosophie de l’art, Françoise LUCBERT, professeur en histoire de l’art, université de Laval, Québec, Jean-Michel RABATE, professeur de littérature et arts, Université of Pennsylvania, Amy Smiley, PhD Littérature et arts, New York University, Natalia SMOLIANSKAIA, chercheur indépendant en histoire de l’art et commissaire d’expostion à Moscou, Dimitri TOKAREV, chercheur en histoire de l’art à l’Académie des Sciences de Russie, Pierre VILAR, MCF, université de Pau, Bernard VOUILLOUX, professeur de littérature, université Paris IV Sorbonne.

La place des étudiants de MASTER  qui ont apporté leur pierre aux séminaires du projet ou aux enquêtes s’est révélée essentielle, en particulier, à l’université de Rennes 2, Sophie CHAPEY, titulaire d’un Master 2 en Histoire de l’art, Paul CHRISTOPHE et Yohan GIANERI, étudiants en deuxième année du master Histoire, Théories, Critiques de l’Architecture, Mélissa LALOUETTE, étudiante en master professionnel MAGEMI (Mise en valeur et Gestion des œuvres d’art, des objets techniques et ethnographiques), Université de Rennes 2 et auteur d’un dossier réalisé, dans le cadre de ce projet,  aux Archives de la critique d’art-INHA et intitulé Japon: échanges et relations (1945-1970). A l’université de Nantes, Fatou CISS et Anna KOINE, étudiantes en Master de lettres. A l’université de Sophia, à Tokyo, Ikumi WATANABE, doctorant en Littérature française, qui a traduit des textes.

Les arts visuels à travers les écrits