Archives de catégorie : NOTES de LECTURE, EXPOSITIONS, BIBLIOGRAPHIE

Jean Leymarie

« Hegel annonçait déjà la mort prochaine de l’art, dont beaucoup pensent que c’est maintenant chose faite, dans une ère de pression technologique et de conditionnement culturel. Mais si l’art n’existe plus ou si nul ne sait plus comment le définir, il reste encore, fort heureusement, des artistes, c’est-à-dire des êtres de fantaisie et de liberté, qui sont la sauvegarde de l’homme. Ce qui compte, c’est la fonction créatrice de l’art, liée irréductiblement aux sources et au mystère de la vie, non les produits artistiques dont nous sommes au contraire massivement saturés par une diffusion souvent corruptrice et neutralisante. La planète tout entière, que l’homme est désormais capable de détruire ou de quitter, risque de se transformer en gigantesque et dérisoire objet d’art pour les futurs musées de l’espace. » (Rencontres de Genève, L’art dans la société d’aujourd’hui, tome XXI, Les Éditions de la Baconnière, Collection : Histoire et société d’aujourd’hui, Neuchâtel, 1968).

En 1967, Jean Leymarie participait aux Rencontres de Genève, aux côtés de James J. Sweeney, Theodor W. Adorno, Yves Bonnefoy, Alejo Carpentier Y Valmont, Gaëtan Picon et René Clair. Jean Starobinski était là. Les actes nous restent.
Son constat est lourd d’inquiétudes: l’art est menacé de mort; notre monde aussi. Mais il reste et il restera les artistes et la « fonction créatrice de l’art », constitutive de l’humain. Qui consacrera dans les années qui viennent un livre à Jean Leymarie (1919-2006) qui porta sur l’art du XXe siècle un regard si aigu? Qui reprendra à nouveaux frais la réflexion sur l’art dans sa relation avec le réel et la société des hommes, alors (et depuis) ressentie comme irrémédiablement abimée?

De nul lieu et du Japon

Ce 24 juin 2020, découverte du recueil de Jacques Dupin, De nul lieu et du Japon. Le poète Jacques Dupin (1927-2012), ami de Miro, a bien connu le Japon. Son livre, publié en 1986 par Fata morgana a d’abord été publié en 1978, accompagné par le peintre Jean Capdeville (il en existe un tiré àpart, imprimé par les typographes Fequet et Baudier). Voir ici.
27 textes brefs se succèdent. Voici le premier :

Plonger
entre ses genoux ouverts
reconquérir sur le blanc
le sang heurté de sa naissance

À parfaire
dans le geste d’encre

L’instabilité de l’éclair
indéfiniment maîtrisé

Voici le dernier, plus que les autres encore, dense et laconique :

Rien que
la question     le nombre
la terreur

La sonnette de TANAKA Atsuko

La sonnette de TANAKA Atsuko, la japonaise (GUTAI), sonne vigoureusement l’alarme. Elle force en nous les « déplacements, dégagements » réclamés par le peintre et poète Henri Michaux. Par elle, nous comprenons que l’acte artistique s’impose, nous arrache au confort et attente à nos équilibres. Elle a été installée  au sol, cette semaine, au musée des Abattoirs. Sonnerie stridente, insistante et mobile à la fois, qui démarre dans une salle, suit (pour l’œil et l’oreille  du spectateur) un chemin circulaire  dans les salles voisines, perd en volume pour revenir en force dans la salle de départ. Elle fait partie des très nombreuses et exceptionnelles pièces de la collection de Gino Di Maggio présentées jusqu’au 23 août 2020 à Toulouse.

TANAKA Atsuko, 1st Gutai Art Exhibition, Ohara Kaikan, Tokyo, ca. October 19-28, 1955.

Les autres femmes artistes (pour reprendre la typographie d’une récente parution de Phaidon, 400 femmes artistes) présentes dans cette exposition sont KUBOTA Shigeko, SAITO Takako et Yoko ONO. Sont évoquées YAYOI Kusama et SHIOMI Mieko.

Chemin de traverse

Nicole Marchand-Zañartu et Jean Lauxerois, Médiapop éditions, 2020

Le livre 32 grammes de pensées, Essai sur l’imagination graphique, n’est pas dédié aux seuls arts visuels. Et pourtant… Il présente, à 32 reprises, un « schème ou schéma originaire selon lequel prend forme et s’organise une brusque inspiration, une pensée naissante , une théorie en gestation, une œuvre en cours d’élaboration ». Bref, voilà des « grammes », qui sont aussi « la mesure de la légèreté », et qu’accompagne un court texte. Délice à lire/à regarder. On y trouve cette définition du « peindre » que ne renierait aucun des Modernes qui, de Georges Braque aux Abstraits, ont recherché l’autonomie de l’espace pictural , tout en étant héritière de la tradition allemande (p.49). Elle est signée d’Oscar Bluemner, surnommé « le Vermillonnaire », qui se disait proche de Goethe :

« Étant donné que le « peindre » est aussi bien ligne (dessin) que couleur (pigment et medium) sur un support (papier blanc, toile claire), et qu’il comporte des figures plates lumineuses au lieu de volumes plastiques (sculpture), la ligne de couleur et la couleur qui l’emplit, tout comme l’espace fond lumineux, doivent être ressenties et doivent être rendues comme ressenties: et c’est là par quoi naît l’expression, ou la plastique picturale (au lieu de la décoration). Dans la peinture, ce qui prévaut, c’est l’âme, dans la décoration c’est l’esthétique : espace,contour, emplissage sont les trois éléments. » (Oscar Bluemner)

Note d’écoute

Sur France culture, La Fabrique de l’histoire, on peut réécouter 4 émissions consacrées au Japon, dans le cadre des célébrations de l’année du Japon (1er trimestre 2018) : 1. Contester au Japon dans les années 60, Art et politique, 2. Foujita, le plus parisien des Japonais, une traversée des années folles (intéressant pour comprendre la place de Foujita après la 2e guerre mondiale), 3. Les femmes japonaises, tradition, modernité et féminisme , 4. Cultures de guerre et identités au Japon, des samouraïs aux kamikazes.
Cette série passionnante (malgré son inscription dans la thématique, tradition et modernité, sur laquelle il y aurait tant à dire) éclaire directement ou non la vie artistique de l’après-guerre. Michael Lucken et Myriam Sas sont les invités de la première.

Femmes, années 50. Au fil de l’abstraction, peinture et sculpture

C’est le titre de la nouvelle exposition du Musée Soulages de Rodez, du 14 décembre 2019 au 10 mai 2020. PROLONGEMENT jusqu’au 31 octobre 2020. « Elles » sont à l’honneur. L’histoire de la mise en valeur des artistes femmes commence aux États-Unis au milieu du XXe siècle et n’a pas fini de s’écrire. Qu’elle soit reliée ici à celle de l’abstraction dont l’étude revient sur le devant de la scène. est une très belle idée.

Le catalogue (Hazan-musée Soulages) est une mine. En particulier l’article de Julie Verlaine, « Des ‘papesses de l’art abstrait’ aux ‘galeriennes de l’art’. Portrait collectif des directrices de galerie dans les années 1950 », les entretiens (Pierrette Bloch, Colette Brunschwig, Raymonde Godin, Liliane Klapisch, Vera Molnar), l’Abécédaire (de Abstraction-Création à Zeid), la bibliographie très informée. Avec un avant-propos d’Alfred Pacquement et un hommage du directeur de musée, Benoit Decron, à Geneviève Bonnefoi.

« Déjà aux Etats-Unis se tenait en 1951 l’exposition fondatrice Ninth Street Show, dans laquelle figuraient 4 femmes : Joan Mitchell, Grace Hartigan, Elaine de Kooning et Helen Frankenthaler. Dans L’ Autre moitié de l’avant-garde 1910/1940 de Lea Vergine, Éditions des femmes, publication doublée d’une exposition en 1980 en Italie, Lea Vergine parle de découvrir la « moitié suicidée du génie créateur de ce siècle ». En 2009, le Centre Pompidou offrait une importante exposition, « Elles », qui réunissait plus de 3 millions de visiteurs ». Site du musée Soulages

« La peinture radieuse de David Lewis »

David Lewis est un artiste anglais, installé à Rennes, en Bretagne, depuis 1990. En février 2019, je l’ai vu entrer dans l’amphithéâtre où se tenait le colloque organisé à la MSHB de Rennes. La réflexion sur l’art abstrait que nous menions alors l’intéressait, lui permettant, sans doute, de repasser mentalement par les bifurcations et les carrefours de son parcours: l’évolution de son travail montre en effet que le rapport à la nature et la présence-absence de la figure le préoccupent. Son site, qui s’ouvre sur une photo de pleine présence, permet de prendre connaissance de ce parcours. Mais des écrits le concernant, c’est celui signé de Michel Nuridsany qui m’a le mieux éclairée : « La peinture radieuse de David Lewis », in Jean-Pierre Bruaire et Catherine Melotte, David Lewis, Granville Gallery, 2011. Les monochromes (bas de la page) exposés alors sont distingués par le critique de ceux de Malévitch ou d’Yves Klein. Voilà pourquoi:

« Cette peinture est chargée d’un vécu, certes peu apparent mais non inexistant (…) . Les monochromes de David Lewis (font) naître (la peinture) d’un fond chargé de mémoire à partir duquel elle émane. On pourra dire que ce n’est rien, mais tout s’en trouve changé. Il s’agit d’apparences semblables mais d’un processus différent, d’une façon de mettre en œuvre avec radicalité ce qu’André Masson appelle de ses vœux: « Dans l’art, écrit-il, il n’y a ni formes, ni objets, il n’y a que des événements, des surgissements, des apparitions« . Exactement cela: David Lewis fomente des apparitions. »

On lira aussi avec intérêt le court texte du peintre, « A propos de ma peinture ».

André Masson à Céret

L’exposition consacrée à André Masson par le musée d’art moderne de Céret vient de fermer ses portes : André Masson, Une mythologie de l’être et de la nature (22 juin au 27 octobre 2019). Le titre a été emprunté par Jean-Michel Bouhours, historien d’art, au peintre lui-même qui travaille particulièrement sur ce thème dans les années trente et quarante. Il a été élargi à l’ensemble de l’œuvre, jusqu’à donner à l’exposition une allure de rétrospective. Les spectateurs ont pu découvrir un nombre impressionnant d’œuvres, peintures, dessins, sculptures de l’artiste.

Bernard Réquichot

Bernard Réquichot (1929-1961) est l’auteur de La Moisson des fourmis buissonnières (Papiers choisis), des Reliquaires ou des Écritures illisibles. La monographie que lui consacre Jean-François Chevrier est une somme, érudite et engagée à la fois, qui met en regard les œuvres et les écrits de l’artiste. Elle ne cède pas à la pente si coutumière d’enfermer l’œuvre dans des « bocaux avec des étiquette dessus », comme disait le critique Georges Limbour… Ni bien sûr à celle de faire de l’artiste un génie solitaire.

L’historien d’art démontre que Réquichot, dont on mesure la puissance de la recherche, dans un laps de temps si bref, observe avec acuité la vie artistique de son temps. Il explore les contiguïtés et les écarts de son travail avec celui de ses contemporains. Il met à distance le contexte de réception de l’œuvre, du vivant et après la mort de l’artiste. Le propos est fermement articulé avec de très belles et nombreuses illustrations, fondées sur le catalogue raisonné de 1973.

Jean-François Chevrier, avec la collaboration d’Elia Pijollet, Bernard Réquichot, Zones sensibles, Paris, Flammarion, 2019, 271 pages. Ouvrage publié en partenariat avec la galerie Alain Margaron. Le livre contient un lexique des termes employés pour définir les techniques de Bernard Réquichot, une chronologie, une bibliographie et la table des œuvres reproduites.

ESTHÉTIQUE, Galeries, divers

Attention: la bibliographie suivante est en chantier.

Esthétique (B. Vouilloux)

  • VOUILLOUX Bernard, Image et medium, Paris, Les Belles lettres, 2018.
  • VOUILLOUX Bernard, Ce que nos pratiques nous disent des œuvres, Paris, Hermann, Savoir Lettres, 2014.
  • VOUILLOUX Bernard, « Par-delà le principe de plaisir esthétique », in J. DELAPLACE, P-H. FRANGNE et G. MOUËLLIC, La pensée esthétique de Gérard Genette, PU de Rennes, coll. Aesthetica, 2011.
  • VOUILLOUX Bernard, « Medium (s) et média(s). Le médial et le médiatique », in Philippe ORTEL, Création, intermédialité, dispositif, Fabula, colloque de Toulouse, 2014.
  • VOUILLOUX Bernard, « Du dispositif », in Philippe ORTEL, Discours, image, dispositif, Penser la représentation II, Paris, L’Harmattan, 2008.

Galeries d’art à Paris (1944-1964)

  • Jeanne Bucher. Une galerie d’avant-garde 1925-1946. De Max Ernst à de Staël. Catalogue, Strasbourg et  Genève, Musées de Strasbourg et  Skira, 1994.
  • Passion de l’art, Galerie Jeanne Bucher Jaeger, catalogue de l’exposition du Musée Granet, Aix-en-Provence, 2017.
  • Iris Clert : Microspective. Catalogue, Strasbourg, Musées de Strasbourg, 2003.
  • Denise René, l’intrépide. Une galerie dans l’aventure de l’art abstrait. Catalogue,  Paris, Éditions du Centre G. Pompidou, 2001.
  • VERLAINE Julie, Daniel Templon, une histoire d’art contemporain, Paris, Flammarion, 2016.
  • Voir aussi le site ressources de Julie Verlaine, sur les galeries d’art (1944-1969): http://envers.pagesperso-orange.fr/jverlaine/listegaleries.

DIVERS

  • BERTRAND DORLEAC Laurence et MUNCK Jacqueline, L’Art en guerre, 1938-1947, Paris Musées (Musée d’art moderne de la Ville de Paris), 2012.
  • DOUROUX Xavier (dir.), Hartung et les peintres lyriques, catalogue de l’exposition du fonds H et E Leclerc, 11 décembre 2016-17 avril 2017, Landerneau, 2017. En particulier l’article de Juliette Evezard, « Le machiavélisme de Tapié selon Mathieu, l’abstraction lyrique et l’intensité du débat critique », p. 32-47.
  • EVEZARD Juliette et al. Un art autre: l’aventure de Michel Tapié, catalogue de l’exposition de la galerie F.Hessler, 10 juin-21 juillet 2016, Luxembourg, 2016.
  • Sur la critique de l’art abstrait (méthodologie) : GAGNEBIN Murielle, SAVINEL Christine, Le commentaire et l’art abstrait, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 1999.
  • GUEGAN Stéphane, L’ Art en péril, 1933-1953, Hazan, 2015.
  • Sur les Avant-gardes russe : Natacha SMOLIANSKAÏA, « Quête d’espace et investigations graphiques dans les Avant-gardes russes (Solomon Nikritine, Kazimir Malévitch ») in Revue Ligeia, dossiers sur l’art, numéro consacré aux « Avant-gardes russes », n° 157-160, juillet-décembre 2017.

FRANCE – ÉTATS-UNIS

Attention: cette bibliographie embryonnaire est en cours de constitution.

France – États-Unis. Critique d’art

  • GREENBERG Clement, Ecrits choisis des années 1940 & Art et Culture, introduction et notes par Katia Schneller, traduction par Christine Savinel et par Ann Hindry, Paris, Macula, 2017.

France – États-Unis. Histoire de l’art, histoire culturelle

  • COHEN-SOLAL Agnès, « Un jour ils auront des peintres », L’avènement des peintres américains Paris 1867-New York 1948, Paris, Gallimard, 2000.
  • ENWEZOR O., SIEGEL K., WILMES U.  (dir.), Post war, Art between The Pacific and the Atlantic, 1945-1965, Munich, Prestel, Haust Der Kunst, 2016.
  • GUILBAUT Serge, How New York Stole the Idea of Modern Art: Abstract Expressionism, Freedom and the Cold War. Chicago: University of Chicago Press, 1983.
  • LAUDE Jean, « Problèmes de la peinture en Europe et aux États-Unis (1944-1951) » in Art et idéologies, l’art en Occident 1945-1949, CERIEC de Saint-Etienne, 1978.
  • TRESPEUCH Hélène, La Crise de l’art abstrait ? Récits et critique dans les années 1980, en France et aux États-Unis, Rennes, PUR,  2014. Voir aussi, dans la revue Critique d’art, son article « Les États-Unis de la peinture » française : Supports-Surfaces à l’épreuve du temps.

PRE-BIBLIOGRAPHIE (novembre 2016)

1. Dans la période concernée

  • BRETON André, Œuvres complètes IV, Écrits sur l’art, en particulier L’Art magique, 1957 et Le Surréalisme et la peinture (1928-1965), Paris, Gallimard, coll. La Pléiade, 2008.
  • DIEHL Gaston, Les Problèmes de la peinture, Lyon, Confluences, 1945.
  • LIMBOUR Georges, Spectateur des arts, écrits sur la peinture, 1924-1969 (M. Colin-Picon et F. Nicol), Paris Le Bruit du temps, 2013.
  • MALRAUX André, Œuvres complètes IV et V, Écrits sur l’art, Paris, Gallimard, coll. La Pléiade, 2004.
  • MASSON André, Métamorphose de l’artiste, Tomes 1 & 2, Genève, Pierre Cailler, 1956.
  • PICON Gaëtan, Admirable tremblement du temps, Strasbourg, L’Atelier contemporain, 2015 (1970).
  • THIBAUDET Albert, Réflexions sur la critique, Paris, NRF, Gallimard, 1939.

2. Aujourd’hui

  • CHENIEUX-GENDRON Jacqueline, Surréalismes, l’esprit et l’histoire, Paris, Champion, coll.  Classiques, 2014.
  • CHEVREFILS-DESBIOLLES Yves, Les Revues d’art à Paris, 1905-1940, Paris, Presses universitaires de Provence, coll. Arts, 2014.
  • CHEVRIER Jean-François, Formes biographiques, Paris, Hazan, 2015.
  • DAMISCH Hubert, Fenêtre jaune cadmium ou les dessous de la peinture, Paris, Le Seuil, coll. Fiction & Cie, 1984.
  • FROISSART PEZONE Rossella et CHEVREFILS-DESBIOLLES Yves, Les Revues d’art, Formes, stratégies et réseaux au xxe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.
  • HEINICH  Nathalie, Le Paradigme de l’art contemporain, Paris, NRF, Gallimard, 2014.
  • LEEMAN Richard, Le Critique, l’art et l’histoire, de Michel Ragon à Jean Clair, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.
  • OTTINGER Didier, L’Hétéroclisme de Jean Hélion, Paris, L’Échoppe, 2005.
  • RUFFEL Lionel, Brouhaha, les mondes du contemporain, Lagrasse, Verdier, 2016.
  • SCHVALBERG Claude, Dictionnaire de la critique d’art à Paris, 1890-1969, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.
  • STAROBINSKI Jean, La Relation critique, Paris, Gallimard, coll. Tel, 2001 (1970).
  • VERLAINE Julie, Les Galeries d’art contemporain à Paris. Une histoire culturelle du marché de l’art, 1944-1970, Paris, Presses de la Sorbonne, 2013.
  • VOUILLOUX Bernard, préface à F. Nicol, Georges Limbour, L’Aventure critique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

BIBLIOGRAPHIE SÉLECTIVE DES JOURNÉES D’ÉTUDE

Bibliographie sélective de la journée d’étude:  Autour de Sam Francis et Bram van Velde (Archives de la critique d’art, 14 décembre 2017).

1. Autour de Sam FRANCIS
  • Archives de Pierre Restany, Archives de la Critique d’Art, Dossier États-Unis, American Painting, en particulier le sous-dossier « Sam Francis ».
  • MICHAUD Yves, Mon art, mon métier, ma magie…, Sam Francis, entretiens), Strasbourg, L’Atelier contemporain, François-Marie Deyrolle éditeur, 2015.

Catalogues

  • (Collectif) Sam Francis : Les années parisiennes 1950-1961, Paris, Galerie nationale du Jeu de Paume (décembre 1995- février 1996), 1995.
  • CHASSEY (de) Éric et RAMOND Sylvie (dir.), Repartir à zéro, 1945-1949, comme si la peinture n’avait jamais existé, Lyon, Musée des Beaux-Arts de Lyon, 2008.
  • HULTÉN K.G. Pontus, « Portrait », Catalogue Sam Francis, Bonn, édition Cantz, 1993, p. 13 -34.

Revues

  • ASHTON, Dore, « Regards sur la saison new-yorkaise », The New York Gallery Season 1958-1959 », Revue Cimaise, Paris, vol. 6, n° 5, juin-août 1959, p. 38-39.
  • BOUDAILLE, Georges, « Sam Francis », Revue Cimaise, vol. 8, n° 51, Paris, janvier-février 1961, p. 97.
  • C.M., « Sam Francis : un des meilleurs américains », Arts, n° 800, 20 décembre 1960.
  • CONIL-LACOSTE, Michel-Louis, « Artistes américains à Paris » Informations et Documents, USIS, n° 51, août 1956.
  • ROSENBERG Harold, « The American action painters », in Art News, n° 1, 1952.

2. Autour de Bram van VELDE

  • BECKETT Samuel, « Bram van Velde », Paris, Derrière le miroir, galerie Maeght, juin 1948.
  • BECKETT Samuel, « Bram van Velde » (1949 et 1957), in Trois dialogues, Paris, Éditions de Minuit, 1998. Texte paru dans la revue Transition Forty nine, n° 5, Paris, décembre 1949, puis traduit en français par l’auteur pour le catalogue de l’exposition Bram van Velde de la galerie Michel Warren (Paris, 7 mai-1er juin 1957) et pour l’ouvrage de Jacques Putman (infra).
  • DUTHUIT Georges, « Bram van Velde », Paris, Derrière le miroir, galerie Maeght, février 1952.
  • DUTHUIT Georges, « Bram van Velde ou Aux colonnes d’Hercule », in Représentation et présence, premiers écrits et travaux 1923-1952, Paris, Flammarion, coll. Idées et recherches, 1974.
  • JULIET Charles, « Bram van Velde et l’infigurable » Paris, Critique, n°252, mai 1968.
  • LEYMARIE Jean, Bram van Velde, Archives de l’art contemporain, publié à l’occasion de la rétrospective Bram van Velde, Musée national d’Art moderne, 2 décembre 1970-25 janvier 1971 (préface de Gaëtan Picon, textes critiques d’Édouard Loeb, Samuel Beckett, Georges Duthuit, Franz Meyer et al.).
  • PUTMAN Jacques, Bram van Velde, Paris, Georges Fall éditeur, Le Musée de poche, 1958 (textes de Samuel Beckett, Georges Duthuit, Jacques Putman).

Bibliographie sélective de la journée d’étude:  L’Art abstrait, analyse de discours critiques  (Archives de la critique d’art, 23 février 2018).

  • CAPDEVILA Élisa,  « Les Américains à la Cité internationale universitaire de Paris, 1944-1950 », dans Dzovina Kévonian et Guillaume Tronchet, La Babel étudiante. La Cité internationale universitaire de Paris (1920-1950), Rennes, P.U.R., 2013.
  • CAPDEVILA Élisa,  Des Américains à Paris. Artistes et bohèmes dans la France de l’après-guerre, Éditions Armand Colin, mars 2017.
  • CORDERO MARTIN Beatriz, « The Fundamental Role of James Johnson Sweeney in Promoting Spanish Artists in the United States (1934-1975) »; Chapter in the book North America and Spain: Transversal Perspectives, ed. Julio Cañero, Escribana Books, Arte Poética Press, New York, 2017.
  • Sur James Johnson Sweeney, voir le site des Archives de la critique d’art-INHA,  le Fonds AICA International
  • LIMBOUR  Georges, Spectateur des arts, écrits sur la peinture, 1924-1969, Paris, Le Bruit du temps, 2013.

Bibliographie sélective de la journée d’étude: « L’effet Dubuffet »(Archives de la critique d’art, 6 avril 2018).

  • BERREBI Sophie, « Nothing is Erased: Hubert Damisch and Jean Dubuffet », in October ,154, MIT Press, 2015.
  • Catalogue des travaux raisonnés de Jean Dubuffet, Paris, J.-J. Pauvert, 1965, fasc. I à VII.
  • DAMISCH Hubert et DUBUFFET Jean, Entrée en matière (édition de Sophie BERREBI), Zurich, JRP/Ringier et Paris, La Maison rouge, 2016.
  • DUBUFFET Jean et al, Almanach de l’art brut (édition établie sous la dir. de S.Lombardi et Baptiste Brun), Collection de l’Art brut, 2016.
  • DUBUFFET Jean, Prospectus aux amateurs de tout genre, Paris, Gallimard, « Métamorphose », 1946.
  • DUBUFFET Jean, Prospectus et tous écrits suivants, Paris, Gallimard, 1967, 1995, 4 vol.
  • JAKOBI Marianne et DIEUDONNE Julien, Dubuffet, Paris, Perrin , 2007.
  • LIMBOUR Georges, Tableau bon levain, à vous de cuire la pâte, L’art brut de Jean Dubuffet, Paris, René Drouin, 1953.
  • PICON Gaëtan, Le Travail de Jean Dubuffet, Genève, Skira, 1973.

Publications des chercheurs invités aux journées d’étude

Bibliographie d’Élisa Capdevila

Ouvrages
CAPDEVILA Élisa,  Des Américains à Paris. Artistes et bohèmes dans la France de l’après-guerre, Éditions Armand Colin, mars 2017.
– CAPDEVILA Élisa  et SIRINELLI Jean-François, Georges Pompidou et la culture, Éditions P.I.E. Peter Lang, Bruxelles, 2011 (recueil critique d’archives).

Revues à comité de lecture
CAPDEVILA Élisa,  « Des étudiants américains à Paris : un autre regard sur les relations culturelles France- États-Unis (de la fin des années 1940 aux années 1950) », Revue Historique, n°682, avril 2017, p. 385-488.
CAPDEVILA Élisa,  « Les artistes américains dans l’impasse Ronsin (1945-1964) : une bohème parisienne à l’heure américaine ? » , Circé. Histoires, cultures et sociétés, n°8 , avril 2016 [http://www.revue-circe.uvsq.fr/].
CAPDEVILA Élisa,  « De Paris à l’Europe : sur les traces des « Américains à Paris », entre mobilités récréatives et quêtes artistiques en Europe (de l’après-Seconde Guerre mondiale aux années 1960) », Artl@s Bulletin (revue co-éditée par l’ENS Ulm, le CNRS et la Purdue University), vol. 4, n°2, 2015.

Publications de colloques et ouvrages collectifs
CAPDEVILA Élisa,  « Expatriés ou Ex-patriotes : le débat sur l’expatriation américaine durant la Guerre froide », Arcade Colloquies [http://arcade.stanford.edu/colloquies/americans-paris], recueil consacré aux Américains à Paris, dir. par Natalia Cecire (Sussex University), mis en ligne à l’été 2016.
CAPDEVILA Élisa,  « Les Américains à la Cité internationale universitaire de Paris, 1944-1950 », dans Dzovina Kévonian et Guillaume Tronchet, La Babel étudiante. La Cité internationale universitaire de Paris (1920-1950), Rennes, P.U.R., 2013.
CAPDEVILA Élisa,  « Georges Pompidou et Paris, capitale culturelle » dans Mathieu Flonneau, Pascal Geneste, Philippe Nivet et Émilie Willaert (dir.), Le grand dessein parisien de Georges Pompidou, Paris, Éd. Somogy, 2010.

Bibliographie de Beatriz Cordero Martin

CORDERO MARTIN Beatriz, « Maruja Mallo. Una habitación propia. Breve apunte sobre sus escritos », Exhibition Catalogue of the exhibition Maruja Mallo. Orden y Creación, Galería Guillermo de Osma, Madrid, 2017.
CORDERO MARTIN Beatriz, « Esteban Vicente and the Classicism of a Modern Painter », Exhibition Catalogue of the exhibition,Marc Domènech Gallery, Barcelona, 2017.
CORDERO MARTIN Beatriz, « Spanish Art in The Museum of Modern Art », Chapter in the book North America and Spain: Transversal Perspectives Spanish Masters in American Collections, ed. Mark Roglan, introduction by Jonathan Brown, Madrid: El Viso, 2016.
CORDERO MARTIN Beatriz, « The Fundamental Role of James Johnson Sweeney in Promoting Spanish Artists in the United States (1934-1975) »; Chapter in the book North America and Spain: Transversal Perspectives, ed. Julio Cañero, Escribana Books, Arte Poética Press, New York, 2017.

Bibliographie de Valérie Rochaix

ROCHAIX Valérie, « De la singularité des images de la maison déployées dans Requiem pour l’Est (Andreï Makine) », in D. Toma, D. Samarineanu, Andreï Makine, hétérotopies, hétérochronies, Paris, L’Harmattan, 2017, p. 88-107 .
ROCHAIX Valérie, « La construction discursive des représentations politiques de la laïcité », Signes, Discours et Sociétés [en ligne], « Sémantique des Possibles Argumentatifs et Analyse Linguistique du Discours. Hommage à Olga Galatanu », 15 janvier 2015. Disponible sur Internet : http://www.revue-signes.info/document.php?id=3872
(2014), « Quand le cinétisme culturel provoque une énucléation partielle de la signification lexicale », Revue Sémantique et Pragmatique, 2014, 35-36, p.211-226.

René Drouin et ses peintres

Quand le catalogue d’exposition devient livre d’art… Lors de l’exposition de la Bibliothèque des Arts décoratifs (Paris, mai-juillet 2017), le visiteur n’a pu qu’être convaincu de ce déplacement: les 40 expositions (dont 23 individuelles, comme le rappelle Julie Verlaine dans le catalogue) à l’initiative de René Drouin  entre 1944 et 1950, ont fait l’objet de catalogues exceptionnels. Traces de ces années si inventives, ils révèlent aujourd’hui le  goût du marchand, éditeur, ami des peintres. Des catalogues tous très différents pour une programmation sous le signe de la variété et de « l’esprit d’aventure  » (Michel Tapié) au service de la « Jeune peinture ».

Nicole Marchand-Zañartu qui signe le “Préambule”  et Jean-Claude Drouin sont les artisans de cette exposition  et de son catalogue, très soigné, léger, précieux. L’exposition a permis de prendre la pleine mesure de l’ambition créatrice des catalogues, tous si différents, présentant les  40 expositions organisées à la galerie entre 1944 et 1950. Chacun d’eux est une œuvre en tant que telle.
Bruno Decron qui avait réalisé la première exposition consacrée à René Drouin (Musée  de l’abbaye Sainte-Croix, Les Sables d’Olonne, 2001) signe un article intitulé “Ping-pong”.
Textes de Sarane Alexandrian,  Hubert Damisch, Jean-Claude Drouin, Sylvain Lecombre,  Michel Tapié, Julie Verlaine, parmi d’autres.

Parmi les trésors de ce catalogue, le récit par Michel Tapié de l’aventure cocasse de Poésie pour pouvoir (texte et frontispice d’Henri Michaux, mise en page lino-gravée de Michel Tapié), 1949 (Cahiers de la Pléiade, n°IX, 1950).

"Michaux nous avait bien prévenus: si nous n'allions pas vite, le poème, lui, irait plus vite que nous et se retournerait contre nous.