Archives de catégorie : Expositions

Lien vers des expositions ou comptes-rendus

La sonnette de TANAKA Atsuko

La sonnette de TANAKA Atsuko, la japonaise (GUTAI), sonne vigoureusement l’alarme. Elle force en nous les « déplacements, dégagements » réclamés par le peintre et poète Henri Michaux. Par elle, nous comprenons que l’acte artistique s’impose, nous arrache au confort et attente à nos équilibres. Elle a été installée  au sol, cette semaine, au musée des Abattoirs. Sonnerie stridente, insistante et mobile à la fois, qui démarre dans une salle, suit (pour l’œil et l’oreille  du spectateur) un chemin circulaire  dans les salles voisines, perd en volume pour revenir en force dans la salle de départ. Elle fait partie des très nombreuses et exceptionnelles pièces de la collection de Gino Di Maggio présentées jusqu’au 23 août 2020 à Toulouse.

TANAKA Atsuko, 1st Gutai Art Exhibition, Ohara Kaikan, Tokyo, ca. October 19-28, 1955.

Les autres femmes artistes (pour reprendre la typographie d’une récente parution de Phaidon, 400 femmes artistes) présentes dans cette exposition sont KUBOTA Shigeko, SAITO Takako et Yoko ONO. Sont évoquées YAYOI Kusama et SHIOMI Mieko.

Femmes, années 50. Au fil de l’abstraction, peinture et sculpture

C’est le titre de la nouvelle exposition du Musée Soulages de Rodez, du 14 décembre 2019 au 10 mai 2020. PROLONGEMENT jusqu’au 31 octobre 2020. « Elles » sont à l’honneur. L’histoire de la mise en valeur des artistes femmes commence aux États-Unis au milieu du XXe siècle et n’a pas fini de s’écrire. Qu’elle soit reliée ici à celle de l’abstraction dont l’étude revient sur le devant de la scène. est une très belle idée.

Le catalogue (Hazan-musée Soulages) est une mine. En particulier l’article de Julie Verlaine, « Des ‘papesses de l’art abstrait’ aux ‘galeriennes de l’art’. Portrait collectif des directrices de galerie dans les années 1950 », les entretiens (Pierrette Bloch, Colette Brunschwig, Raymonde Godin, Liliane Klapisch, Vera Molnar), l’Abécédaire (de Abstraction-Création à Zeid), la bibliographie très informée. Avec un avant-propos d’Alfred Pacquement et un hommage du directeur de musée, Benoit Decron, à Geneviève Bonnefoi.

« Déjà aux Etats-Unis se tenait en 1951 l’exposition fondatrice Ninth Street Show, dans laquelle figuraient 4 femmes : Joan Mitchell, Grace Hartigan, Elaine de Kooning et Helen Frankenthaler. Dans L’ Autre moitié de l’avant-garde 1910/1940 de Lea Vergine, Éditions des femmes, publication doublée d’une exposition en 1980 en Italie, Lea Vergine parle de découvrir la « moitié suicidée du génie créateur de ce siècle ». En 2009, le Centre Pompidou offrait une importante exposition, « Elles », qui réunissait plus de 3 millions de visiteurs ». Site du musée Soulages

André Masson à Céret

L’exposition consacrée à André Masson par le musée d’art moderne de Céret vient de fermer ses portes : André Masson, Une mythologie de l’être et de la nature (22 juin au 27 octobre 2019). Le titre a été emprunté par Jean-Michel Bouhours, historien d’art, au peintre lui-même qui travaille particulièrement sur ce thème dans les années trente et quarante. Il a été élargi à l’ensemble de l’œuvre, jusqu’à donner à l’exposition une allure de rétrospective. Les spectateurs ont pu découvrir un nombre impressionnant d’œuvres, peintures, dessins, sculptures de l’artiste.

René Drouin et ses peintres

Quand le catalogue d’exposition devient livre d’art… Lors de l’exposition de la Bibliothèque des Arts décoratifs (Paris, mai-juillet 2017), le visiteur n’a pu qu’être convaincu de ce déplacement: les 40 expositions (dont 23 individuelles, comme le rappelle Julie Verlaine dans le catalogue) à l’initiative de René Drouin  entre 1944 et 1950, ont fait l’objet de catalogues exceptionnels. Traces de ces années si inventives, ils révèlent aujourd’hui le  goût du marchand, éditeur, ami des peintres. Des catalogues tous très différents pour une programmation sous le signe de la variété et de « l’esprit d’aventure  » (Michel Tapié) au service de la « Jeune peinture ».

Nicole Marchand-Zañartu qui signe le “Préambule”  et Jean-Claude Drouin sont les artisans de cette exposition  et de son catalogue, très soigné, léger, précieux. L’exposition a permis de prendre la pleine mesure de l’ambition créatrice des catalogues, tous si différents, présentant les  40 expositions organisées à la galerie entre 1944 et 1950. Chacun d’eux est une œuvre en tant que telle.
Bruno Decron qui avait réalisé la première exposition consacrée à René Drouin (Musée  de l’abbaye Sainte-Croix, Les Sables d’Olonne, 2001) signe un article intitulé “Ping-pong”.
Textes de Sarane Alexandrian,  Hubert Damisch, Jean-Claude Drouin, Sylvain Lecombre,  Michel Tapié, Julie Verlaine, parmi d’autres.

Parmi les trésors de ce catalogue, le récit par Michel Tapié de l’aventure cocasse de Poésie pour pouvoir (texte et frontispice d’Henri Michaux, mise en page lino-gravée de Michel Tapié), 1949 (Cahiers de la Pléiade, n°IX, 1950).

"Michaux nous avait bien prévenus: si nous n'allions pas vite, le poème, lui, irait plus vite que nous et se retournerait contre nous.

Tokyo-Paris

Chefs d’œuvre du Bridgestone Museum of Art, Ishibashi Foundation, Paris, Musée d’Orsay et de l’Orangerie, 2017, 5 avril-21 août 2017. Le catalogue, signé de Cécile Girardeau, Kyoko Kagawa  et al., est paru chez Hazan.

Trois générations de chefs d’entreprise (la famille Ishibashi qui a donné, en anglais, son nom à l’entreprise), ont contribué à élaborer une collection de peintures occidentales (yogâ, XIXe, XXe, surtout). Le premier est Ishibashi Shôjirô, qui a acheté ses premières toiles en 1927. Une sélection fascinante par sa cohérence, moins thématique ou chronologique que du point de vue de son esprit: Ishibashi Hiroshi , l’actuel président de la Fondation, interrogé dans le catalogue, explique l’importance du renouvellement dans la poursuite de la mission culturelle définie au début du XXe siècle. Au delà de l’impressionnisme, la poursuite d’une politique d’achat d’art abstrait offre en particulier la confrontation d’œuvres  de Pollock, Fautrier, Hartung, Shiraga Kazuo , Domoto Hisao, Zao-Wou-ki ou Soulages, dans la dernière salle.