Tal Coat

Georges Limbour, Tal Coat, préface de Pierre Brullé, Paris, Le Bruit du temps, 2017.

A l’occasion de l’année Tal Coat, paraît  un petit volume élégant contenant 4 textes  des années 1950 sur le peintre Pierre Tal Coat. Ces textes, éclairés par l’historien d’art Pierre Brullé et illustrés, replacent le peintre dans le débat figuration/abstraction, tout en le mettant en relation avec Cézanne. Le poète-critique Limbour a connu Tal Coat, près de la Montagne Sainte-Victoire, alors que le peintre habitait non loin d’un de ses meilleurs amis, André Masson.

Deux livres sont signés par le spécialiste de Tal Coat (1905-1985), Jean-Pascal Léger: 1. la réédition des entretiens enregistrés avec le peintre dans son atelier de Dormont, en 1977, aux éditions L’Atelier contemporain: L’Immobilité battante, Pierre Tal Coat. Photographies en noir et blanc de l’atelier par Michel Dieuzaide. 2. La monographie Tal Coat, Pierre et front de bois, chez Somogy, qui s’ouvre sur une citation du peintre Jean-Lous Bentajou. Voir le compte rendu dans la revue Critique d’art.

Signalons pour finir le livre important  du critique d’art et commissaire d’expostion, Jean-Marc Huitorel, paru, lui, en février 2019 : Tal Coat en devenir, 1905-1985, Locus Solus, à l’occasion de la rétrospective Tal Coat, à Pont-Aven (autres auteurs: Estelle GUILLE des BUTTES-FRESNEAU, Directrice et conservatrice en chef du musée de Pont-Aven et Olivier DELAVALLADE, directeur du domaine de Kerguéhennec).

Tokyo-Paris

Chefs d’œuvre du Bridgestone Museum of Art, Ishibashi Foundation, Paris, Musée d’Orsay et de l’Orangerie, 2017, 5 avril-21 août 2017. Le catalogue, signé de Cécile Girardeau, Kyoko Kagawa  et al., est paru chez Hazan.

Trois générations de chefs d’entreprise (la famille Ishibashi qui a donné, en anglais, son nom à l’entreprise), ont contribué à élaborer une collection de peintures occidentales (yogâ, XIXe, XXe, surtout). Le premier est Ishibashi Shôjirô, qui a acheté ses premières toiles en 1927. Une sélection fascinante par sa cohérence, moins thématique ou chronologique que du point de vue de son esprit: Ishibashi Hiroshi , l’actuel président de la Fondation, interrogé dans le catalogue, explique l’importance du renouvellement dans la poursuite de la mission culturelle définie au début du XXe siècle. Au delà de l’impressionnisme, la poursuite d’une politique d’achat d’art abstrait offre en particulier la confrontation d’œuvres  de Pollock, Fautrier, Hartung, Shiraga Kazuo , Domoto Hisao, Zao-Wou-ki ou Soulages, dans la dernière salle.

 

 

 

Rapport d’étape, 24 juillet 2017

Entre janvier et juillet 2017, période de recherche bibliographique et de construction des séminaires à venir, se sont confirmés parmi d’autres  les points suivants:

  1. L’opposition Paris-New-York (ou « École de Paris » – « École de New York », est réductrice. On pense l’histoire de l’art aujourd’hui en termes de « constellation » avec Jean-François Chevrier, ou de « réseau ». Et notre projet veut précisément questionner l’affirmation  suivante: dans les années 50, « Paris et la France avaient perdu leur hégémonie culturelle, New York s’était emparé de toutes les clefs critiques, au point que des marchands d’art avisés avaient quitté Paris pour faire du négoce en Amérique ». Dès 2010, Serge Guilbaut (« La dépression lyrique », Critique d’art, n°36)  alerte sur les simplifications excessives et souligne la vigueur avec laquelle la recherche est relancée sur cette période. La récente exposition consacrée à René Drouin, à la Bibliothèque des arts décoratifs de Paris (René Drouin et ses peintres, Nicole Marchand-Zañartu et Jean-Claude Drouin, dir.), démontre, parmi d’autres exemples, le schématisme de l’opposition sur laquelle reposait cette affirmation.
  2. La question de la 2e guerre mondiale et de ses effets est centrale. Ainsi, l’étude du rôle des Surréalistes en Amérique, pendant la guerre, puis de retour d’exil ensuite (voir le livre de Fabrice Flahutez) peut encore se prolonger. A propos d’André Masson, par exemple. Mais encore faut-il la poser de manière ample. « Quels sont les territoires, tant géographiques que chronologiques, de ‘l’après-guerre’ ? En d’autres termes, où, et quand, finit la guerre ? » Territoires géographiques mais aussi chronologiques (voir Cécile Bargues, « Après la guerre », revue Critique d’art, p. 48, p.  84)…  Après les travaux de Laurence Bertrand-Dorléac, Il faut encore questionner l’idée du « Repartir à zéro », en 1945, comme le fait Stéphane Guégan, par exemple, dans L’Art en péril.
  3. Nombre d’études actuelles élargissent à juste titre l’espace géographique aux deux Amériques, et à l’Asie. Voir O. Enwezor, K. Siegel, U. Wilmes (dir.), Post war, Art between The Pacific and the Atlantic, 1945-1965, Munich, Prestel, Haust Der Kunst, 2016 (846 p.).

S’il n’est pas envisageable de passer à cette échelle, dans le cadre d’un projet consacré à la France et Paris, l’idée est née de travailler sur quelques cas d’artistes américains en France et de peintres ou graveurs japonais vivant à Paris ou exposant en France. Cette dernière étude portera sur les œuvres japonaises présentes aux Biennales de Paris de cette période (1959-1966).