René Drouin et ses peintres

Quand le catalogue d’exposition devient livre d’art… Lors de l’exposition de la Bibliothèque des Arts décoratifs (Paris, mai-juillet 2017), le visiteur n’a pu qu’être convaincu de ce déplacement: les 40 expositions (dont 23 individuelles, comme le rappelle Julie Verlaine dans le catalogue) à l’initiative de René Drouin  entre 1944 et 1950, ont fait l’objet de catalogues exceptionnels. Traces de ces années si inventives, ils révèlent aujourd’hui le  goût du marchand, éditeur, ami des peintres. Des catalogues tous très différents pour une programmation sous le signe de la variété et de « l’esprit d’aventure  » (Michel Tapié) au service de la « Jeune peinture ».

Nicole Marchand-Zañartu qui signe le “Préambule”  et Jean-Claude Drouin sont les artisans de cette exposition  et de son catalogue, très soigné, léger, précieux. L’exposition a permis de prendre la pleine mesure de l’ambition créatrice des catalogues, tous si différents, présentant les  40 expositions organisées à la galerie entre 1944 et 1950. Chacun d’eux est une œuvre en tant que telle.
Bruno Decron qui avait réalisé la première exposition consacrée à René Drouin (Musée  de l’abbaye Sainte-Croix, Les Sables d’Olonne, 2001) signe un article intitulé “Ping-pong”.
Textes de Sarane Alexandrian,  Hubert Damisch, Jean-Claude Drouin, Sylvain Lecombre,  Michel Tapié, Julie Verlaine, parmi d’autres.

Parmi les trésors de ce catalogue, le récit par Michel Tapié de l’aventure cocasse de Poésie pour pouvoir (texte et frontispice d’Henri Michaux, mise en page lino-gravée de Michel Tapié), 1949 (Cahiers de la Pléiade, n°IX, 1950).

"Michaux nous avait bien prévenus: si nous n'allions pas vite, le poème, lui, irait plus vite que nous et se retournerait contre nous.