Repenser Malraux

André Malraux, ministre des affaires culturelles. Copyright: culture.gouv.fr

Repenser Malraux, la valeur actuelle de sa pensée interdisciplinaire. C’est le titre d’un colloque qui se tiendra à Tokyo, les 7 et 8 décembre 2019, à l’université de Sophia et à la Maison franco-japonaise. Six thèmes seront traités par des spécialistes français et japonais d’André Malraux : L’humanisme, L’après-guerre, La tentation de l’Asie, L’histoire littéraire et Malraux, Le discours concernant l’art, Le cinéma et l’essai sur le cinéma. Organisation: European Institute of Sophia University & Comité du colloque international d’André Malraux 2019 au Japon.

Informations: https://relarts.hypotheses.org/files/2019/11/Repenser-Malraux-Tokyo-pdf.pdf

André Malraux, qui fut le premier des Ministres des Affaires culturelles (1959-1969), fut à l’initiative de la Biennale de Paris, qu’il nommait aussi « Biennale des jeunes », l’une de ses premières décisions. On célèbre cette année les soixante ans du Ministère. Étudier la peinture et plus largement la vie artistique de l’après-guerre exige l’analyse de la politique culturelle, celle d’ André Malraux, et, près de lui, de Gaëtan Picon, directeur des Arts et lettres, en duo avec Émile Biasini.

« La peinture radieuse de David Lewis »

David Lewis est un artiste anglais, installé à Rennes, en Bretagne, depuis 1990. En février 2019, je l’ai vu entrer dans l’amphithéâtre où se tenait le colloque organisé à la MSHB de Rennes. La réflexion sur l’art abstrait que nous menions alors l’intéressait, lui permettant, sans doute, de repasser mentalement par les bifurcations et les carrefours de son parcours: l’évolution de son travail montre en effet que le rapport à la nature et la présence-absence de la figure le préoccupent. Son site, qui s’ouvre sur une photo de pleine présence, permet de prendre connaissance de ce parcours. Mais des écrits le concernant, c’est celui signé de Michel Nuridsany qui m’a le mieux éclairée : « La peinture radieuse de David Lewis », in Jean-Pierre Bruaire et Catherine Melotte, David Lewis, Granville Gallery, 2011. Les monochromes (bas de la page) exposés alors sont distingués par le critique de ceux de Malévitch ou d’Yves Klein. Voilà pourquoi:

« Cette peinture est chargée d’un vécu, certes peu apparent mais non inexistant (…) . Les monochromes de David Lewis (font) naître (la peinture) d’un fond chargé de mémoire à partir duquel elle émane. On pourra dire que ce n’est rien, mais tout s’en trouve changé. Il s’agit d’apparences semblables mais d’un processus différent, d’une façon de mettre en œuvre avec radicalité ce qu’André Masson appelle de ses vœux: « Dans l’art, écrit-il, il n’y a ni formes, ni objets, il n’y a que des événements, des surgissements, des apparitions« . Exactement cela: David Lewis fomente des apparitions. »

On lira aussi avec intérêt le court texte du peintre, « A propos de ma peinture ».

TSUKUI Toshiaki

TSUKUI Toshiaki (1935, Urawa-), peintre et sculpteur. Après une formation de peintre aux Beaux-arts de Tokyo, auprès de HAYASHI Takeshi, il arrive en France en 1963 et vit, depuis cette date, entre Paris et Tokyo, avec son épouse, philosophe et poète, TSUKUI Hiromi.

In « Toshiaki Tsukui, Dialogue vivant avec la matière, sculptures métalliques et végétales présentées par Yasunori TANO et Emmanuel MALHERBET », revue Pleine Marge, n°40, décembre 2004, p.156.

LIRE l’article https://relarts.hypotheses.org/files/2019/11/TSUKUI.pdf

Quelques expositions

  • Objets tranquilles, 10 artistes japonais contemporains, Halle Mandela, Longjumeau, 17 mai-1er juin 2019. Exposition collective.
  • Tsukui Toshiaki, Hajimariwo motomete (Recherche du commencement), en hommage au peintre Kojima Torajiro (1881-1929), Musée Ohara, Japon, 12 septembre-19 novembre 2017. Textes du catalogue : Takashina Shuji , Yanagisawa Hideyuki. 
    Voir http://www.christianweidmann.com/ohara.html
  • Festival des douze vents, installations de Toshiaki Tsukui, Musée d’Archéologie nationale, Saint-Germain en Laye, juin-octobre 2016. Textes du catalogue : Christian Weidmann, commissaire de l’exposition, Tsukui Hiromi, Yanagisawa Hideyuki.
  • Toshiaki Tsukui, Sujet où es-tu ?, Chapelle de la Visitation, Thonon les Bains, 6 mai-18 juin 2006. Textes du catalogue : Tsukui Hiromi, Emmanuel Malherbet, Okazaki Kenjiro, Kihara Susumu, Okada Takuya et Takashima Shinichi.
  • Tsukui Toshiaki Exhibition, Gallery Objective Correlative, Tokyo, 11 janvier-27 février 2006.
  • Marcher avec l’arbre, Sculptures métalliques et végétales, Château du grand jardin, Joinville, 26 avril-31 mai 2001. Texte du catalogue : Claude Schwartz, Tsukui Hiromi.
  • Installation pérenne au Parc Nogi, Tokyo, 1994. Voir http://www.christianweidmann.com/tsukui.html
  • Tsukui, Nantenshi Gallery, Tokyo, 13-25 novembre 1989. Texte du catalogue : Okada Takahiko, « Sculpture as creative Act ».
  • Toshiaki Tsukui, Espace ACNAV, Paris, 1986. Textes du catalogue : Ionel Janou et Hiromi Tsukui.
  • Tsukui, Galerie Suzanne de Coninck, Paris, 15 mai-8 juin 1968. Texte du catalogue :  Denys Chevalier.

André Masson à Céret

L’exposition consacrée à André Masson par le musée d’art moderne de Céret vient de fermer ses portes : André Masson, Une mythologie de l’être et de la nature (22 juin au 27 octobre 2019). Le titre a été emprunté par Jean-Michel Bouhours, historien d’art, au peintre lui-même qui travaille particulièrement sur ce thème dans les années trente et quarante. Il a été élargi à l’ensemble de l’œuvre, jusqu’à donner à l’exposition une allure de rétrospective. Les spectateurs ont pu découvrir un nombre impressionnant d’œuvres, peintures, dessins, sculptures de l’artiste.

Bernard Réquichot

Bernard Réquichot (1929-1961) est l’auteur de La Moisson des fourmis buissonnières (Papiers choisis), des Reliquaires ou des Écritures illisibles. La monographie que lui consacre Jean-François Chevrier est une somme, érudite et engagée à la fois, qui met en regard les œuvres et les écrits de l’artiste. Elle ne cède pas à la pente si coutumière d’enfermer l’œuvre dans des « bocaux avec des étiquette dessus », comme disait le critique Georges Limbour… Ni bien sûr à celle de faire de l’artiste un génie solitaire.

L’historien d’art démontre que Réquichot, dont on mesure la puissance de la recherche, dans un laps de temps si bref, observe avec acuité la vie artistique de son temps. Il explore les contiguïtés et les écarts de son travail avec celui de ses contemporains. Il met à distance le contexte de réception de l’œuvre, du vivant et après la mort de l’artiste. Le propos est fermement articulé avec de très belles et nombreuses illustrations, fondées sur le catalogue raisonné de 1973.

Jean-François Chevrier, avec la collaboration d’Elia Pijollet, Bernard Réquichot, Zones sensibles, Paris, Flammarion, 2019, 271 pages. Ouvrage publié en partenariat avec la galerie Alain Margaron. Le livre contient un lexique des termes employés pour définir les techniques de Bernard Réquichot, une chronologie, une bibliographie et la table des œuvres reproduites.

Recherches et publications à venir

  • Jean-Pierre MONTIER, Revue internationale de photolittérature. « Photolittérature, France, Japon, Modernité » (numéro consacré au Japon), direction: J.P Montier et Masayiki Tsuda. 2020

Voir l’appel : https://www.fabula.org/actualites/photolitterature-europe-japon-modernite_93114.php

Françoise NICOL , Rétrospective de la Biennale de Paris à Tokyo, en 1978. Dans le cadre du programme de l’INHA « 1959-1985, au prisme de la Biennale de Paris »

https://www.inha.fr/fr/recherche/le-departement-des-etudes-et-de-la-recherche/domaines-de-recherche/histoire-de-l-art-du-xviiie-au-xxie-siecle/au-prisme-de-la-biennale-de-paris.html