Note d’écoute

Sur France culture, La Fabrique de l’histoire, on peut réécouter 4 émissions consacrées au Japon, dans le cadre des célébrations de l’année du Japon (1er trimestre 2018) : 1. Contester au Japon dans les années 60, Art et politique, 2. Foujita, le plus parisien des Japonais, une traversée des années folles (intéressant pour comprendre la place de Foujita après la 2e guerre mondiale), 3. Les femmes japonaises, tradition, modernité et féminisme , 4. Cultures de guerre et identités au Japon, des samouraïs aux kamikazes.
Cette série passionnante (malgré son inscription dans la thématique, tradition et modernité, sur laquelle il y aurait tant à dire) éclaire directement ou non la vie artistique de l’après-guerre. Michael Lucken et Myriam Sas sont les invités de la première.

Femmes, années 50. Au fil de l’abstraction, peinture et sculpture

C’est le titre de la nouvelle exposition du Musée Soulages de Rodez, du 14 décembre 2019 au 10 mai 2020. PROLONGEMENT jusqu’au 31 octobre 2020. « Elles » sont à l’honneur. L’histoire de la mise en valeur des artistes femmes commence aux États-Unis au milieu du XXe siècle et n’a pas fini de s’écrire. Qu’elle soit reliée ici à celle de l’abstraction dont l’étude revient sur le devant de la scène. est une très belle idée.

Le catalogue (Hazan-musée Soulages) est une mine. En particulier l’article de Julie Verlaine, « Des ‘papesses de l’art abstrait’ aux ‘galeriennes de l’art’. Portrait collectif des directrices de galerie dans les années 1950 », les entretiens (Pierrette Bloch, Colette Brunschwig, Raymonde Godin, Liliane Klapisch, Vera Molnar), l’Abécédaire (de Abstraction-Création à Zeid), la bibliographie très informée. Avec un avant-propos d’Alfred Pacquement et un hommage du directeur de musée, Benoit Decron, à Geneviève Bonnefoi.

« Déjà aux Etats-Unis se tenait en 1951 l’exposition fondatrice Ninth Street Show, dans laquelle figuraient 4 femmes : Joan Mitchell, Grace Hartigan, Elaine de Kooning et Helen Frankenthaler. Dans L’ Autre moitié de l’avant-garde 1910/1940 de Lea Vergine, Éditions des femmes, publication doublée d’une exposition en 1980 en Italie, Lea Vergine parle de découvrir la « moitié suicidée du génie créateur de ce siècle ». En 2009, le Centre Pompidou offrait une importante exposition, « Elles », qui réunissait plus de 3 millions de visiteurs ». Site du musée Soulages

Plastic experiments

TAKIGUCHI Shuzo, « III-3 », Decalcomanie, paper

Plastic experiments est consacré au travail plastique de Takiguchi Shuzo (Shoto Museum of Art, 2001). Ce titre fait référence à une oeuvre du poète: « In 1967 he published Shuzo Takiguchi’s Poetic Experiments 1927-1937 in which he recollected poetic texts he wrote during the war ». L’œuvre ci-contre est reproduite sur le site de la galerie Toki no wasuremono de Tokyo qui défend l’œuvre de l’artiste.

Surréalisme au Japon

« Les écrivains japonais pratiquèrent le surréalisme d’une façon qui leur permettait de mettre entre parenthèses les différences existant entre le Japon et la France comme entre l’Ouest et l’Est, et de créer ainsi une littérature moderne au sens plein du terme, c’est-à-dire universelle. En conséquence, pour beaucoup d’intellectuels japonais, le surréalisme incarna la condition même de l’esthétique moderne. » HASHIMOTO Satoru

L’histoire du Surréalisme au Japon est évidemment redevable au groupe d’André Breton (et ce, dès les années vingt). Mais elle est surtout originale, d’abord par l’importance de son impact (repérée par André Breton lui-même) mais surtout par ses orientations, dans le contexte culturel japonais.

Les publications en japonais abondent. En France, les travaux de Véra Linhartova ont été parmi les premiers (Dada et Surréalisme au Japon, Paris, Publications orientalistes de France, 1987). En 2016, Martine Monteau et Atsuko Nagai (Sophia University, Tokyo) ont proposé un dossier passionnant (« Le Surréalisme au Japon » Revue Mélusine, n°XXXVI ). Sur le site de la revue, on peut en lire la présentation. Mais nous attendons avec impatience la publication numérique, dans son intégralité, puisque la maison d’édition ne le livre plus. Par chance, un article très intéressant du chercheur HASHIMOTO Satoru (université de Chicago) est en lecture sur le site. Intitulé « Politique de la méta-esthétique: Surréalisme, Japon et colonialisme« , il permet de saisir la spécificité du Surréalisme japonais.

La présence du Surréalisme au Japon est très prégnante, non seulement dans les années 20 et 30, mais après 1945 et encore aujourd’hui, en littérature comme dans les arts visuels. La récente exposition consacrée à l’artiste FUKUZAWA Ichiro (1898-1992), au Musée national d’art moderne de Tokyo, en est un exemple. TAKIGUCHI Shuzo (1903-1979), poète, peintre et animateur de la vie artistique après la guerre, joue un rôle éminent bien sûr (une exposition lui était consacrée en 2018 dans ce même musée). Mais elle ne doit pas oblitérer les autres figures du Surréalisme, tout aussi importantes, tel YAMANAKA Chiru (Tiroux) (1905-1977). Une conférence du professeur Kurosawa Y., en 2018, à l’université de Sophia où l’avait invité le professeur Nagai, m’a permis de le découvrir. (Références des publications à la rubrique Tokyo-Paris, 1945-1970.)

TAKIGUCHI Shuzo

Bibliographie sélective

Attention: la bibliographie suivante est en chantier. Par ailleurs, les références en japonais sont incomplètes (données seulement en caractères latins).

  • Art Office Ozasa, To and from TAKIGUCHI Shuzo & To and from Kazuo Okasaki, Kyoto, Art Office Ozasa. Catalogue d’exposition, 7 janvier-12 février 2017 (J).
  • Chiba Museum of Art, Shuzo Takiguchi and Marcel Duchamp, 2011. Catalogue de l’exposition, Chiba Museum of Art, 22 nov. 2011-29 janvier 2012 (J).
  • MOMAT, TAKIGUCHI Shuzo and the Artists Who Captivated Him, Tokyo, MOMAT, 2018. Catalogue de l’exposition, 19 juin-24 septembre 2018 (EN-J).
  • Setagaya Art Museum & The Museum of Modern Art, Toyama,  TAKIGUCHI Shuzo, Drifting Objects of Dreams : The Collection of Shuzo Takiguchi, 2005. Catalogue de l’exposition Tokyo, Setagaya Art Museum (5 février-10 avril 2005)  et Toyama, The Museum of Modern Art (28 mai-3 juillet 2005) (J).
  • TAKIGUCHI Shuzo et TSUCHIBUCHI Nobuhiko, Shuzo Takiguchi : 3 volumes pour 4 expositions.  I (2014) : SK, 8-25 janvier 2014. II (2014) : SK, 12-29 mars 2014. III (2017) : SK and Marcel Duchamp, 5-22  novembre 2014 et SK, 17-31 octobre 2015.  Tokyo, Gallery Toki-no-Wasuremono /  WATANUKI Inc. (EN-J).
  • TSUCHIBUCHI Nobuhiko, « Shuzo Takiguchi, sa vie, son œuvre », in Revue Mélusine, n°XXXVI, Paris, L’âge d’homme, 2016, p.  189-201.
  • à suivre…

OKAMOTO Taro

Bibliographie sélective

Attention: les références en japonais sont incomplètes (données seulement en caractères latins).

in catalogue Picasso’s Impact : Face in a Midday, 1948
voir bibliographie.
  • HIRANO Akiomi, Taro Okamoto Tohoku (photographies d’O.T., 1957-1965), Taro Okamoto Memorial Museum, 2017 (EN-J).
  • MORANDO Camille, « Le mythe à l’épreuve chez Taro Okamoto, peintre à la société secrète Acéphale et au Collège de sociologie (1936-1940), in Fabrice Flahutez et Thierry Dufrêne, Art et Mythe, Nanterre, Presses universitaires de Nanterre, 2011, p.  59-71. En ligne sur Open Editions.
  • OTANI Shogo et al., Okamoto Taro, The 100th Anniversary of His Birth, Tokyo, Momat, 2011. Catalogue de l’exposition au Musée national d’art moderne, 8 mars-8 mai 2011 (EN-J).
  • TSUKAHARA Fumi, « A la Recherche de l’origine de la Tour du soleil, Taro Okamoto et le surréalisme des années trente », in MONTEAU Martine et NAGAI Atsuko, Mélusine, n°XXXVI, Paris, L’âge d’homme, 2016, p. 291-303.
  • WALDBERG Patrick, Taro Okamoto, le baladin des antipodes, Paris, Éditions de la Différence, 1976.