Archives par mot-clé : Artistes au féminin

Marcel Cohen, rencontres et parti-pris

Le livre de Marcel Cohen, Rencontres et partis-pris, regroupe des écrits sur l’art publiés entre 1976 et 2020 (L’Atelier contemporain, 2021). Ces écrits sont précédés d’un entretien très stimulant avec Nathalie Jungerman dont le point de départ est le constat du silence qui s’impose d’abord au critique: « Pour regarder une toile, il faut non seulement se taire, mais faire taire aussi, et dans un premier temps du moins, toute réaction critique » (p. 10). Comment écrire sans oublier cette obligation, mais au contraire en s’y adossant, par tous les moyens possibles, que Cohen teste en quelque sorte, d’un écrit à l’autre. Ce livre sonne juste, nettoie l’œil, oblige à quitter toute facilité routinière pour approcher, parmi d’autres artistes, Maya Anderson, Colette Brunschwig, Chris Burden, Alexandre Delay, Arnulf Rainer, Antonio Saura ou Gérald Thupinier.

La sonnette de TANAKA Atsuko

La sonnette de TANAKA Atsuko, la japonaise (GUTAI), sonne vigoureusement l’alarme. Elle force en nous les « déplacements, dégagements » réclamés par le peintre et poète Henri Michaux. Par elle, nous comprenons que l’acte artistique s’impose, nous arrache au confort et attente à nos équilibres. Elle a été installée  au sol, cette semaine, au musée des Abattoirs. Sonnerie stridente, insistante et mobile à la fois, qui démarre dans une salle, suit (pour l’œil et l’oreille  du spectateur) un chemin circulaire  dans les salles voisines, perd en volume pour revenir en force dans la salle de départ. Elle fait partie des très nombreuses et exceptionnelles pièces de la collection de Gino Di Maggio présentées jusqu’au 23 août 2020 à Toulouse.

TANAKA Atsuko, 1st Gutai Art Exhibition, Ohara Kaikan, Tokyo, ca. October 19-28, 1955.

Les autres femmes artistes (pour reprendre la typographie d’une récente parution de Phaidon, 400 femmes artistes) présentes dans cette exposition sont KUBOTA Shigeko, SAITO Takako et Yoko ONO. Sont évoquées YAYOI Kusama et SHIOMI Mieko.

Femmes, années 50. Au fil de l’abstraction, peinture et sculpture

C’est le titre de la nouvelle exposition du Musée Soulages de Rodez, du 14 décembre 2019 au 10 mai 2020. PROLONGEMENT jusqu’au 31 octobre 2020. « Elles » sont à l’honneur. L’histoire de la mise en valeur des artistes femmes commence aux États-Unis au milieu du XXe siècle et n’a pas fini de s’écrire. Qu’elle soit reliée ici à celle de l’abstraction dont l’étude revient sur le devant de la scène. est une très belle idée.

Le catalogue (Hazan-musée Soulages) est une mine. En particulier l’article de Julie Verlaine, « Des ‘papesses de l’art abstrait’ aux ‘galeriennes de l’art’. Portrait collectif des directrices de galerie dans les années 1950 », les entretiens (Pierrette Bloch, Colette Brunschwig, Raymonde Godin, Liliane Klapisch, Vera Molnar), l’Abécédaire (de Abstraction-Création à Zeid), la bibliographie très informée. Avec un avant-propos d’Alfred Pacquement et un hommage du directeur de musée, Benoit Decron, à Geneviève Bonnefoi.

« Déjà aux Etats-Unis se tenait en 1951 l’exposition fondatrice Ninth Street Show, dans laquelle figuraient 4 femmes : Joan Mitchell, Grace Hartigan, Elaine de Kooning et Helen Frankenthaler. Dans L’ Autre moitié de l’avant-garde 1910/1940 de Lea Vergine, Éditions des femmes, publication doublée d’une exposition en 1980 en Italie, Lea Vergine parle de découvrir la « moitié suicidée du génie créateur de ce siècle ». En 2009, le Centre Pompidou offrait une importante exposition, « Elles », qui réunissait plus de 3 millions de visiteurs ». Site du musée Soulages