Archives par mot-clé : Japon

Le Japon dans la Revue A

La Revue A (n°9, Rançon, 2020) propose un dossier sur le Japon dirigé par Martine MONTEAU et Atsuko NAGAI (« Échanges avec le Japon »). On en trouvera un compte rendu dans la revue Mélusine. 3 sections: « Surréalisme au Japon » avec une place importante accordée à TAKIGUCHI Shuzo, « Échanges Japon-Occident » (dont un article sur le sculpteur TSUKUI Toshiaki), « L’artiste MOTOMIYA Takeshi » et un ensemble de reproductions d’œuvres plastiques.

De nul lieu et du Japon

Ce 24 juin 2020, découverte du recueil de Jacques Dupin, De nul lieu et du Japon. Le poète Jacques Dupin (1927-2012), ami de Miro, a bien connu le Japon. Son livre, publié en 1986 par Fata morgana a d’abord été publié en 1978, accompagné par le peintre Jean Capdeville (il en existe un tiré àpart, imprimé par les typographes Fequet et Baudier). Voir ici.
27 textes brefs se succèdent. Voici le premier :

Plonger
entre ses genoux ouverts
reconquérir sur le blanc
le sang heurté de sa naissance

À parfaire
dans le geste d’encre

L’instabilité de l’éclair
indéfiniment maîtrisé

Voici le dernier, plus que les autres encore, dense et laconique :

Rien que
la question     le nombre
la terreur

La réception de GUTAI, en France, épisode 1.

En ce temps de confinement, circuler virtuellement entre Japon et France comme remède… Les indications suivantes sont incomplètes. Je demande l’indulgence des lecteurs qui sont invités à enrichir ces données, par leurs commentaires.

Découvrir GUTAI. La bibliographie concernant Gutai est abondante. Suggérons seulement, pour commencer, l’article suivant qui aborde à la fois l’histoire et la démarche des artistes, les sujets encore à creuser (du moins en 1986), et le rôle de Michel Tapié: PACQUEMENT Alfred, « Gutai : l’extraordinaire intuition », in VIATTE Germain et al., 1910-1970, Japon des avant-gardes, Paris, Centre Pompidou, 1986, p. 284-291.

Une chronologie des expositions consacrées à Gutai en France donne une première idée de la réception du mouvement japonais.

  • Gutai, Galerie Stadler, Paris, 30 novembre 1965 – 8 janvier 1966. Michel Tapié. 1re exposition en France.
  • Gutai est présent dans l’exposition 1910-1970, Japon des avant-gardes, Paris, Centre Pompidou, 1986. Le commissaire, Germain Viatte, qui va ensuite prendre la direction des Musées de Marseille, fait entrer des œuvres dans la collection du Musée Cantini.
  • Gutai est présent dans l’exposition Japon art vivant, Centre de la vieille Charité, 24 janvier- 8 mars 1987 (Jean Biagini, Shigeo Chiba, Maeno Toshikuni, Japon art vivant , catalogue, Marseille, S.l., Graffite, 1987).
  • Gutai, Galerie nationale du Jeu de paume, 4 mai-27 juin 1999 (Sarah Clément, Françoise Bonnefoy, Isabelle Sauvage, Gutai, catalogue, Paris, G.n. du Jeu de paume et RMN,1999. Yamamoto Atsuo, Ming Tiampo, Florence de Meredieu, Gutai, Moments de destruction, moments de beauté, actes du colloque organisé en juin 1999, Paris, Blusson, 2002).
  • Gutai , l’abstraction lyrique et l’art informel dans les collections du musée Cantini (?), Marseille, musée Cantini, janvier (?)-17 mai 2015.
  • Gutai, L’espace et le temps, Rodez, Musée Soulages, 7 juillet-4 novembre 2018 (Decron B, dir., Gutai, l’espace et le temps, catalogue, Rodez, Musée Soulages, 2018).
  • Gutai est présent dans l’exposition Viva Gino, une vie dans l’art, Toulouse, Les Abattoirs, 28 février-23 août 2020 (exposition actuellement inaccessible et en l’absence de catalogue).

Parmi les sources en ligne: site de la documentation du Centre Pompidou, site www.enrevenantdelexpo.com, site du musée des Abattoirs de Toulouse, dépositaire des archives de la galerie Stadler. Merci également à M. G. Viatte qui nous a accordé un entretien téléphonique . Il a joué un rôle important dans la connaissance de Gutai en France.

Pour une approche plus large de la réception de Gutai à l’international:
– Michael LUCKEN, « Gutai en tension : pour une histoire systémique des arts au stade de la mondialisation », in Perspective, 1, 2020, p. 281-292.
– Natalia SMOLIANSKAIA, sur ce site, à la rubrique ACTES

La sonnette de TANAKA Atsuko

La sonnette de TANAKA Atsuko, la japonaise (GUTAI), sonne vigoureusement l’alarme. Elle force en nous les « déplacements, dégagements » réclamés par le peintre et poète Henri Michaux. Par elle, nous comprenons que l’acte artistique s’impose, nous arrache au confort et attente à nos équilibres. Elle a été installée  au sol, cette semaine, au musée des Abattoirs. Sonnerie stridente, insistante et mobile à la fois, qui démarre dans une salle, suit (pour l’œil et l’oreille  du spectateur) un chemin circulaire  dans les salles voisines, perd en volume pour revenir en force dans la salle de départ. Elle fait partie des très nombreuses et exceptionnelles pièces de la collection de Gino Di Maggio présentées jusqu’au 23 août 2020 à Toulouse.

TANAKA Atsuko, 1st Gutai Art Exhibition, Ohara Kaikan, Tokyo, ca. October 19-28, 1955.

Les autres femmes artistes (pour reprendre la typographie d’une récente parution de Phaidon, 400 femmes artistes) présentes dans cette exposition sont KUBOTA Shigeko, SAITO Takako et Yoko ONO. Sont évoquées YAYOI Kusama et SHIOMI Mieko.

Note d’écoute

Sur France culture, La Fabrique de l’histoire, on peut réécouter 4 émissions consacrées au Japon, dans le cadre des célébrations de l’année du Japon (1er trimestre 2018) : 1. Contester au Japon dans les années 60, Art et politique, 2. Foujita, le plus parisien des Japonais, une traversée des années folles (intéressant pour comprendre la place de Foujita après la 2e guerre mondiale), 3. Les femmes japonaises, tradition, modernité et féminisme , 4. Cultures de guerre et identités au Japon, des samouraïs aux kamikazes.
Cette série passionnante (malgré son inscription dans la thématique, tradition et modernité, sur laquelle il y aurait tant à dire) éclaire directement ou non la vie artistique de l’après-guerre. Michael Lucken et Myriam Sas sont les invités de la première.

Plastic experiments

TAKIGUCHI Shuzo, « III-3 », Decalcomanie, paper

Plastic experiments est consacré au travail plastique de Takiguchi Shuzo (Shoto Museum of Art, 2001). Ce titre fait référence à une oeuvre du poète: « In 1967 he published Shuzo Takiguchi’s Poetic Experiments 1927-1937 in which he recollected poetic texts he wrote during the war ». L’œuvre ci-contre est reproduite sur le site de la galerie Toki no wasuremono de Tokyo qui défend l’œuvre de l’artiste.

Surréalisme au Japon

« Les écrivains japonais pratiquèrent le surréalisme d’une façon qui leur permettait de mettre entre parenthèses les différences existant entre le Japon et la France comme entre l’Ouest et l’Est, et de créer ainsi une littérature moderne au sens plein du terme, c’est-à-dire universelle. En conséquence, pour beaucoup d’intellectuels japonais, le surréalisme incarna la condition même de l’esthétique moderne. » HASHIMOTO Satoru

L’histoire du Surréalisme au Japon est évidemment redevable au groupe d’André Breton (et ce, dès les années vingt). Mais elle est surtout originale, d’abord par l’importance de son impact (repérée par André Breton lui-même) mais surtout par ses orientations, dans le contexte culturel japonais.

Les publications en japonais abondent. En France, les travaux de Véra Linhartova ont été parmi les premiers (Dada et Surréalisme au Japon, Paris, Publications orientalistes de France, 1987). En 2016, Martine Monteau et Atsuko Nagai (Sophia University, Tokyo) ont proposé un dossier passionnant (« Le Surréalisme au Japon » Revue Mélusine, n°XXXVI ). Sur le site de la revue, on peut en lire la présentation. Mais nous attendons avec impatience la publication numérique, dans son intégralité, puisque la maison d’édition ne le livre plus. Par chance, un article très intéressant du chercheur HASHIMOTO Satoru (université de Chicago) est en lecture sur le site. Intitulé « Politique de la méta-esthétique: Surréalisme, Japon et colonialisme« , il permet de saisir la spécificité du Surréalisme japonais.

La présence du Surréalisme au Japon est très prégnante, non seulement dans les années 20 et 30, mais après 1945 et encore aujourd’hui, en littérature comme dans les arts visuels. La récente exposition consacrée à l’artiste FUKUZAWA Ichiro (1898-1992), au Musée national d’art moderne de Tokyo, en est un exemple. TAKIGUCHI Shuzo (1903-1979), poète, peintre et animateur de la vie artistique après la guerre, joue un rôle éminent bien sûr (une exposition lui était consacrée en 2018 dans ce même musée). Mais elle ne doit pas oblitérer les autres figures du Surréalisme, tout aussi importantes, tel YAMANAKA Chiru (Tiroux) (1905-1977). Une conférence du professeur Kurosawa Y., en 2018, à l’université de Sophia où l’avait invité le professeur Nagai, m’a permis de le découvrir. (Références des publications à la rubrique Tokyo-Paris, 1945-1970.)

TAKIGUCHI Shuzo

Bibliographie sélective

Attention: la bibliographie suivante est en chantier. Par ailleurs, les références en japonais sont incomplètes (données seulement en caractères latins).

  • Art Office Ozasa, To and from TAKIGUCHI Shuzo & To and from Kazuo Okasaki, Kyoto, Art Office Ozasa. Catalogue d’exposition, 7 janvier-12 février 2017 (J).
  • Chiba Museum of Art, Shuzo Takiguchi and Marcel Duchamp, 2011. Catalogue de l’exposition, Chiba Museum of Art, 22 nov. 2011-29 janvier 2012 (J).
  • MOMAT, TAKIGUCHI Shuzo and the Artists Who Captivated Him, Tokyo, MOMAT, 2018. Catalogue de l’exposition, 19 juin-24 septembre 2018 (EN-J).
  • Setagaya Art Museum & The Museum of Modern Art, Toyama,  TAKIGUCHI Shuzo, Drifting Objects of Dreams : The Collection of Shuzo Takiguchi, 2005. Catalogue de l’exposition Tokyo, Setagaya Art Museum (5 février-10 avril 2005)  et Toyama, The Museum of Modern Art (28 mai-3 juillet 2005) (J).
  • TAKIGUCHI Shuzo et TSUCHIBUCHI Nobuhiko, Shuzo Takiguchi : 3 volumes pour 4 expositions.  I (2014) : SK, 8-25 janvier 2014. II (2014) : SK, 12-29 mars 2014. III (2017) : SK and Marcel Duchamp, 5-22  novembre 2014 et SK, 17-31 octobre 2015.  Tokyo, Gallery Toki-no-Wasuremono /  WATANUKI Inc. (EN-J).
  • TSUCHIBUCHI Nobuhiko, « Shuzo Takiguchi, sa vie, son œuvre », in Revue Mélusine, n°XXXVI, Paris, L’âge d’homme, 2016, p.  189-201.
  • à suivre…

OKAMOTO Taro

Bibliographie sélective

Attention: les références en japonais sont incomplètes (données seulement en caractères latins).

in catalogue Picasso’s Impact : Face in a Midday, 1948
voir bibliographie.
  • HIRANO Akiomi, Taro Okamoto Tohoku (photographies d’O.T., 1957-1965), Taro Okamoto Memorial Museum, 2017 (EN-J).
  • MORANDO Camille, « Le mythe à l’épreuve chez Taro Okamoto, peintre à la société secrète Acéphale et au Collège de sociologie (1936-1940), in Fabrice Flahutez et Thierry Dufrêne, Art et Mythe, Nanterre, Presses universitaires de Nanterre, 2011, p.  59-71. En ligne sur Open Editions.
  • OTANI Shogo et al., Okamoto Taro, The 100th Anniversary of His Birth, Tokyo, Momat, 2011. Catalogue de l’exposition au Musée national d’art moderne, 8 mars-8 mai 2011 (EN-J).
  • TSUKAHARA Fumi, « A la Recherche de l’origine de la Tour du soleil, Taro Okamoto et le surréalisme des années trente », in MONTEAU Martine et NAGAI Atsuko, Mélusine, n°XXXVI, Paris, L’âge d’homme, 2016, p. 291-303.
  • WALDBERG Patrick, Taro Okamoto, le baladin des antipodes, Paris, Éditions de la Différence, 1976.

TSUKUI Toshiaki

TSUKUI Toshiaki (1935, Urawa-), peintre et sculpteur. Après une formation de peintre aux Beaux-arts de Tokyo, auprès de HAYASHI Takeshi, il arrive en France en 1963 et vit, depuis cette date, entre Paris et Tokyo, avec son épouse, philosophe et poète, TSUKUI Hiromi.

In « Toshiaki Tsukui, Dialogue vivant avec la matière, sculptures métalliques et végétales présentées par Yasunori TANO et Emmanuel MALHERBET », revue Pleine Marge, n°40, décembre 2004, p.156.

LIRE l’article https://relarts.hypotheses.org/files/2019/11/TSUKUI.pdf

Quelques expositions

  • Objets tranquilles, 10 artistes japonais contemporains, Halle Mandela, Longjumeau, 17 mai-1er juin 2019. Exposition collective.
  • Tsukui Toshiaki, Hajimariwo motomete (Recherche du commencement), en hommage au peintre Kojima Torajiro (1881-1929), Musée Ohara, Japon, 12 septembre-19 novembre 2017. Textes du catalogue : Takashina Shuji , Yanagisawa Hideyuki. 
    Voir http://www.christianweidmann.com/ohara.html
  • Festival des douze vents, installations de Toshiaki Tsukui, Musée d’Archéologie nationale, Saint-Germain en Laye, juin-octobre 2016. Textes du catalogue : Christian Weidmann, commissaire de l’exposition, Tsukui Hiromi, Yanagisawa Hideyuki.
  • Toshiaki Tsukui, Sujet où es-tu ?, Chapelle de la Visitation, Thonon les Bains, 6 mai-18 juin 2006. Textes du catalogue : Tsukui Hiromi, Emmanuel Malherbet, Okazaki Kenjiro, Kihara Susumu, Okada Takuya et Takashima Shinichi.
  • Tsukui Toshiaki Exhibition, Gallery Objective Correlative, Tokyo, 11 janvier-27 février 2006.
  • Marcher avec l’arbre, Sculptures métalliques et végétales, Château du grand jardin, Joinville, 26 avril-31 mai 2001. Texte du catalogue : Claude Schwartz, Tsukui Hiromi.
  • Installation pérenne au Parc Nogi, Tokyo, 1994. Voir http://www.christianweidmann.com/tsukui.html
  • Tsukui, Nantenshi Gallery, Tokyo, 13-25 novembre 1989. Texte du catalogue : Okada Takahiko, « Sculpture as creative Act ».
  • Toshiaki Tsukui, Espace ACNAV, Paris, 1986. Textes du catalogue : Ionel Janou et Hiromi Tsukui.
  • Tsukui, Galerie Suzanne de Coninck, Paris, 15 mai-8 juin 1968. Texte du catalogue :  Denys Chevalier.

Retour de Tokyo, automne 2018

Retour d’expérience. Les arts visuels japonaise entre 1945 et 1964 seront traités lors de trois rencontres:

Artistes et art au JAPON (1945-1970)

Attention: la bibliographie suivante est en chantier. Par ailleurs, les références en japonais sont incomplètes (données seulement en caractères latins).

Pour entrer dans le sujet: la période concernée, la question des représentations

  • LUCKEN Michael, Sengo, le Japon après la guerre (avec A. Bayard-Sakai et E. Lozerand), Paris, Presses de l’Inalco, 2017 (1re édition Philippe Picquier, 2007).
  • LUCKEN Michael, « Les limites du ma : retour à l’émergence d’un concept ‘japonais’, Paris, Nouvelle revue d’esthétique, 13 (1),  PUF, 2014, p. 45-67 (en ligne).
  • LUCKEN Michael, Nakai Masakazu, Naissance de la théorie critique au Japon, Dijon, Presses du réel, 2015.
  • LUCKEN Michael, « Sur les origines de la nouvelle gauche et des mouvements de contre-culture, Nakai Masakazu et la « pensée contemporaine », in Dossier « L’après-guerre des intellectuels japonais », Tokyo, revue Ebisu, études japonaises, 54 | 2017, p. 47-78 (en ligne).
  • Kenzaburô ÔÉ, « Moi, d’un Japon ambigu », Discours du prix Nobel, 1994.
  • PELLETIER Philippe , « Le Japon, « la plus grande merveille de l’histoire », vu par Élisée Reclus et Léon Metchnikoff », Ebisu, 56 | 2019, 291-339. En ligne. (sur les origines des représentations occidentales du Japon).
  • SAKAI Cécile, « À propos des numéros spéciaux « Japon » », Ebisu 54 | 2017.

Art (Japon, XXe siècle): ouvrages et articles

  • LUCKEN Michael, L’Art du Japon au vingtième siècle : pensée, formes, résistances, Paris, Éditions Hermann, 2001.
  • LUCKEN Michael, Les Peintres japonais à l’épreuve de la guerre, 1935-1952, Paris, Les Belles Lettres, 2005.
  • ARRIBERT-NARCE Fabien, KUWADA Kohei, O’MEARA Lucy, Réceptions de la culture japonaise en France depuis 1945, Paris, Honoré Champion, coll. Poétiques et esthétiques, XX-XXI siècles, n°26, 2016 (colloque de Tokyo, 2013).
  • HAYASHI-HIBINO Yôko, « Ces femmes que rien n’arrête. Femmes-artistes japonaises avant et après la deuxième guerre mondiale : des années 1930 aux années 1950 », Tokyo, revue Ebisu, 2001, p. 171-176. En ligne.
  • HOSAKA K., KURAYA M., MASUDA T., OTANI S., SUZUKI K., TSURUMI K., Selected Works from the Collection of the National of Modern Art, Tokyo, MOMAT, 2016 (EN-J).
  • LINHARTOVA Véra, Dada et Surréalisme au Japon, Paris, Publications orientalistes de France, 1987.
  • MONTEAU Martine et NAGAI Atsuko (dossier constitué par), « Le Surréalisme au Japon » (articles de TSUCHIBUCHI N., KUROSAWA Y., HARADA M., TANI M., TAKAYAMA H., HASHIMOTO S., LAMBERT H.P., WATANABE I., TSUKAHARA F., et Anthologie de la poésie surréaliste japonaise), Revue Mélusine, n°XXXVI, Paris, L’âge d’homme, 2016, p. 179-322.
  • NAKAZAWA Ideki, Art history :  Japan, 1945-2014, Tokyo, Hosokawa, Eiichi, Art Driver, 2014, revu en 2018 (EN-J).
  • PATIN Cléa, La Fabrique de l’art au Japon, Portrait sociologique d’un marché de l’art, Paris, CNRS, 2016.
  • SAS Myriam, Experimental Arts in Postwar Japan: Moments of Encounter, Engagement, and Imagined Return, Harvard University Asia Center, 2011.
  • WINTER-TAMAKI Bert, Maximum enbodiment : Yoga, the Western Painting of Japan, 1912-1955, University of Hawai’i Press, 2013.
  • YAMAMOTO Atsuo, MING Tiampo, MEREDIEU (de) Florence, Moments de destruction, moments de beauté, Gutai, Paris, Blusson, 1999 (colloque Gutai, Gal. du Jeu de Paume, 1999).
  • à suivre…

Art: catalogues d’exposition (1945-1970 principalement)

Expositions collectives

  • AMELINE Jean-Paul (et Bertrand-Dorleac L. ,  Ernoult N., Fukunaga O.,  Hirai S., Hou H. , Imahashi E. , Krebs S.), Shimbun Asahi , Centre national d’art et de culture Georges Pompidou, National Art Center, TV Asahi Corporation, Paris du monde entier, artistes étrangers à Paris 1900-2005. Catalogue de l’exposition, Tokyo, National Art Center, 7 février- 7 mai 2007.
  • CHONG Doryun & LIM Nancy, Tokyo 1955-1970: a new Avant-garde, New York, MoMA, 2012. Catalogue de l’exposition, New-York, The Museum of Modern Art, 13 novembre 2012-25 février 2013 (EN).
  • DECRON Benoit, dir., Gutai, L’espace et le temps, Rodez, Musée Soulages, 2018. Catalogue de l’exposition, 7 juillet-4 novembre 2018. Voir en particulier les articles de Juliette Evezard, « Michel Tapié, l’invité de Gutai » et Michael Lucken, « La valeur de Gutai ».
  • GIRARDEAU Cécile et al., Tokyo-Paris, Chefs d’œuvre du Bridgestone Museum of Art, Collection Ishibashi Foundation, Paris, Hazan, 2017. Catalogue de l’exposition, Paris, Musée de l’Orangerie, 5 avril-21 août 2017.
  • HANAI Hisaho, The Essence of Japan Unearthed ? Unearthing the Past, Constructing the Future (MoMAT Collections: The 1950s & 1960s), Tokyo, The National Museum of Art (Crafts Gallery), 2019. Livret  de l’exposition, 4 juin-20 octobre 2019 (EN-J).
  • Museum of Modern Art, Saitama, Cubism in Japan, Picasso’s Impact. Catalogue de l’exposition, Saitama, Museum of Modern Art, octobre 2016 (EN-J).
  • Tokyo Metropolitan Teien Art Museum, Asian Impact, Tokyo, 2019. Catalogue de l’exposition Images of Asia, 12 octobre 2019-13 janvier 2020 (J).
  • VIATTE Germain et al., Japon des avant-gardes, 1910-1970, Paris, Éditions du centre Georges Pompidou, 1986. Catalogue de l’exposition, 11 décembre 1986 – 2 mars 1987. Voir l’article https://histoiredesexpos.hypotheses.org/1704.
1re de couverture

  • A propos de l’art brut au Japon (au delà de la période concernée):
    • BERST Christian, KOIDE Yukiko, KOENIG Raphaël, Japon brut, la lune, le soleil, Yamanami, Paris, Christian Berst, Art brut, 2019. Exposition du 31 août au 5 octobre 2019.
    • GOMEZ Edward M., HATTORI Tadashi, Art Brut du Japon, un autre regard, Milan,  5 Continents ; Lausanne, Collection de l’Art Brut, 2018. Préface de LOMBARDI Sarah. Exposition du 30 novembre 2018 au 28 avril 2019. Lire la présentation de l’exposition et des textes critiques su r ce sujet Ici.
    • GYGER Patrick, KOBAYASHI Mizue, TABATA Kazue, Komorebi Art brut japonais, Nantes, Le Lieu unique, 2017. Exposition du 22 octobre au 14 janvier 2018. Lire: https://journals.openedition.org/critiquedart/29182.

Expositions monographiques

  • Galerie KUTTER, Koji Furodoï, peintures, Luxembourg, Galerie Kutter, 1987. Catalogue de l’exposition, 15 mai-20 juin 1987. Texte de Pierre Restany.
  • Ichinomiya City Memorial Art Museum of Setsuko Migishi, Works by Setsuko MIGISHI, Ichinomiya, 2009 (J).
  • NAKAMURA Reiko & al., KATAOKA Tamako, The 110th Anniversary of His Birth, Tokyo, The National Museum of Modern Art, 2015. Catalogue de l’exposition , 7 Avril -17 mai 2015 (EN-J).
  • Nerima Art Museum, IKEDA Tatsuo : an Elliptical Visionary, The Present Tense of Postwar Art, Nerima Art Museum, 2018. Catalogue de l’exposition rétrospective du peintre IKEDA Tatsuo (1928-), 26 avril-17 juin 2018 (EN-J).
  • OTANI Shogo (et FURUTATE Ryo), Laugh Off This Hopeless World : FUKUZAWA Ichiro (1898-1992), Tokyo, The National Museum of Modern Art, 2019. Catalogue de l’exposition, 12 mars-26 mai 2019 (EN-J).
  • SEKI Naoko et NISHIKAWA Mihoko, Yukihisa ISOBE, Landscape, Yukihisa Isobe, Artist, Ecological Planner, Tokyo, Museum of Contemporary Art, 2007. Catalogue de l’exposition, 28 juillet-30 septembre 2017 (EN-J).
  • SUGIMURA Hiroya, SHIMIZU Toshi : All the Works from the Collection, Tochigi Prefectural Museum of Fine Arts, 2007. Catalogue de l’exposition, janvier-mars 2007 (EN-J).
  • The Watari Museum of Contemporary Art, KUSAMA’s Body Festival in 60’s, Tokyo, Access, 2011. Catalogue de l’exposition, 6 août-27 novembre 2011 (EN-J).
  • YOKOI Akira, « Japan in the 1960s : Depicted by Junzo WATANABE », Tokyo, Shunpudo Gallery, s. d. Catalogue de l’exposition WATANABE Junzo, 1933-2013 (J).
  • à suivre…

Peintres français au Japon
Soulages

  • ENCREVE Pierre, SHIMBATA Yasuhide, OKADA Takahiko, WADA, Takashi, Soulages, Tokyo, Galerie Perrotin, 2017. Catalogue de l’exposition d’ouverture de la galerie à Tokyo (EN-J).
  • Saint-CHERON (de) Michaël et SEGUELA Mattieu, Soulages. D’une rive à l’autre, Arles, Actes Sud, 2019. Et SEGUELA Matthieu, « Pierre Soulages et le Japon » , 16 juin 2020 (en ligne).

Autres (à suivre)

Aux Archives de la critique d’art, ACA-INHA, de RENNES

Voir sur le site, en particulier la base du fonds d’archives.

  • Archives de la Biennale de Paris, Participation des artistes à la Biennale de Paris de 1959 pour le pays Japon (commissaire général : Toshiro Uno), sur le site des ACA-INHA. Voir les archives de la Biennale de Paris, entre 1959 et 1969.
  • FROGER Lilian, Le Japon dans les archives de la critique d’art, décembre 2016, en ligne, sur le site des ACA-INHA.
  • LAVAUR Krystel, La Biennale de Paris, 1959-1985, mémoire de maîtrise d’histoire de l’art, sous la dir. de J.-M.Poinsot, Université Rennes 2, 1992. France – États-Unis.
  • LALOUETTE Mélissa, Japon, échanges et relations, 1945-1970, juillet 2018.

Nouvelle orientation: artistes japonais, Tokyo, Paris, New York (1945-1964)

Le premier programme de recherche a  imposé une évidence: limiter l’étude à l’axe Paris-New-York est fécond mais réducteur. Comment élargir cette vision bilatérale? C’est vers le Japon que nous nous sommes tournés, en tentant de penser (toujours à partir d’études de cas),le triangle Paris – Tokyo (et Osaka) – New-York.

  • Aux Archives de la critique d’art-INHA, se trouvent les archives de la Biennale de Paris (1959-1985) – une autre partie se trouve à la Bibliothèque Kandinsky, à Paris. Ces archives révèlent l’importance  et l’intérêt de la présence des artistes japonais dans la période considérée.
  • Une enquête au Japon sur quelques-uns de ces artistes a été menée par F.Nicol, dans le cadre d’un séjour de recherche à l’université de Sophia (avril-juillet 2018). Elle a porté prioritairement sur les artistes japonais ayant exposé aux Biennales de Paris entre 1959 et 1965, mais s’est élargie au contexte artistique de la période considérée. Elle se prolonge en 2019 et 2020.
  • Cette recherche sur les Biennales est menée en concertation avec le projet de l’INHA sur la Biennale de Paris: 1959-1985, au prisme de la biennale de Paris

Pourquoi le Japon? Précisons d’emblée qu’il n’y a aucune exclusive dans ce choix: faut-il rappeler la  place majeure de l’Amérique latine, dans le champ des  échanges entre acteurs du monde de l’art dans la période considérée? Elle  fait l’objet d’autres recherches.

Japon-France: après la 2e guerre mondiale, l’intérêt pour les avant-gardes françaises d’un côté, pour l’art japonais du passé ou du présent de l’autre, les échanges entre artistes et institutions constituent un objet d’étude renouvelé aujourd’hui au Japon, à travers colloques et expositions. On n’en donnera qu’un exemple: l’exposition Cubism in Japan, Picasso’s impact (Saitama, Japon,  2016-2017). Les enjeux politiques sont évidemment complexes. Observer la relation Japon-France exige de prendre en compte au même moment la relation Japon-US. Mais ce qui se joue aussi est une réflexion sur la fertilité de ces échanges, au-delà de ce qu’en retiennent les discours stéréotypés, dans les deux pays.

Deux premières pistes de réflexion se dégagent à propos du discours critique:
• Étudier la présence des artistes japonais dans les premières Biennales de Paris (Archives ACA-INHA), présence qui fait l’objet de discours proposant non seulement la présentation des artistes concernés mais l’esquisse d’une représentation des spécificités de l’art japonais.
• Revenir sur l’exposition du Centre Pompidou : Japon des avant-gardes 1910-1970, 1986-1987, en analysant quelques -uns des textes du catalogue. Voir l’article passionnant du site Histoire des expositions http://histoiredesexpos.hypotheses.org/1704

On trouvera un résumé du pré-projet (avril 2018): 1 France-JAPON

Le colloque final

L’art abstrait en quête de définitions:
Paris, New-York, Tokyo, 1944-1964. 

Maison des sciences de l’homme de Bretagne (MSHB), Rennes (et Brest en visio-conférence)
7-8 février 2019

Le colloque, aboutissement d’une réflexion menée depuis 2016 sur la peinture à Paris dans l’après-guerre (1944-1964),  a questionné l’art abstrait dans cette période quand il est devenu un « phénomène mondial » (Dora Vallier). Non avec la prétention d’en donner une définition univoque, mais pour tenter d’explorer le maquis des dénominations dans le champ de la peinture, de mettre en lumière la variété des démarches artistiques et la complexité des circulations des œuvres, des artistes et des divers acteurs de la vie artistique, à Paris, au Japon et aux États-Unis. La peinture a été envisagée sous l’angle de la « relation critique », pour reprendre la formule de Jean Starobinski. 
Base documentaire:  Archives de la critique d’art–INHA.
ACTES: voir ici

Colloque organisé par le CELLAM, EA 3206 Rennes 2, en partenariat avec la Maison des sciences de l’homme de Bretagne. Sous la direction du professeur Jean-Pierre Montier et de Françoise Nicol, MCF, langue et littérature françaises.

APPEL : AC_Charte_MSHB_REL-ARTS

Jeudi 7 février 2019 : L’art abstrait, Japon – Paris

Matin:  Face à l’internationalisation de l’art au Japon

  • 9h30-10h15 : ouverture du colloque par Leszek BROGOWSKI, professeur et vice-président de l’université Rennes 2 et Jean-Pierre MONTIER, professeur et responsable scientifique du colloque, CELLAM, université Rennes 2. Introduction par Françoise NICOL, CELLAM, université Rennes 2 : Deux ans d’enquête sur « l’École de Paris ».
  •  10h15-11h : Michael LUCKEN, professeur, INALCO, ouverture : Japon : le risque de « l’ailleurs ».
  • 11h15-11h45 : Yuri MITSUDA, conservatrice au Kawamura Memorial DIC Museum of art, à Sakura, Japon et membre du Conseil de l’AICA-Japon :  Informel  whirlwind in Japan: what it  changed.
  • 11h45-12h15: Lilian FROGER, docteur, ACA-INHA et université Rennes 2 : 1962 : année japonaise pour Pierre Restany.

Après-midi : Formes d’abstraction au Japon

  • 14h00-14h30 : Eugenia BOGDANOVA-KUMMER, Lecturer in Japanese Arts, Sainsbury Institute, University of East Anglia, Norwich, Grande Bretagne, Art abstrait et calligraphie au Japon
  • 14h30-15h : Natalia SMOLIANSKAIA, historienne d’art et commissaire d’exposition, Moscou (Russie), « Jetez-vous en l’air »: l’art abstrait au croisement de la corporéité concrète
  • 15h30-16h : Mélissa LALOUETTE, étudiante en Master 2 Histoire de l’art (MAGEMI), université Rennes 2, présentera, avec Nathalie BOULOUCH, directrice des Archives de la critique d’art, l’exposition A propos du Japon, conçue et réalisée à partir d’une recherche documentaire dans les collections des Archives de la critique d’art-INHA.

Une troisième voie

  • 16h-16h30 : Fabrice FLAHUTEZ, professeur, université Paris Nanterre, Entre abstractions et figurations, la troisième voie lettriste
  • 17h45-20h : Soirée  au Musée des Beaux-Arts de Rennes: diffusion du film documentaire Trésor vivant (2012) consacré à l’artiste Kunihiko MORIGUCHI. Intervention de son réalisateur, le cinéaste Marc PETITJEAN, avec Martine COLIN-PICON, chercheur indépendant.
Vendredi 8 février 2019 : Art abstrait, voie introuvable ?

Matin : Explorer les limites de l’art abstrait et de ses définitions

  • 9h00-9h30 : Sandrine HYACINTHE, docteur en histoire de l’art, université Paris 10,  L’œuvre de Tal Coat, retour sur une voie perdue de l’abstraction
  • 9h30-10h : Frédéric MONTEGU, PRAG, université Lyon 2 et CIEREC de Saint-Étienne, Abstraction et paysage
  • 10h30-11h00 :  Raphaël NEUVILLE, docteur, université Toulouse Jean-Jaurès, Les relations du Surréalisme à l’abstraction après la Seconde Guerre mondiale
  • 11h00-12h00 : Yves CHEVREFILS DESBIOLLES, chercheur à l’IMEC, projection du film Hélion, New York, 1946, un artiste au travail ou Hélion et l’abandon de l’abstraction

Après-midi : Paris, carrefour

  • 14h-14h30 : Juliette EVEZARD, docteur, université Paris-Nanterre, Michel Tapié ou la « tentation » du Japon
  • 14h30-16h15 : René Drouin, un éditeur d’art et un découvreur dans le marché de l’art parisien, table-ronde avec Jean-Claude DROUIN, architecte, fils du galeriste René Drouin, Benoît DECRON, directeur des musées du Grand Rodez, Claire PAULHAN, chercheuse et éditrice et Nicole MARCHAND-ZAÑARTU, chercheur indépendant. Discussion menée par Laurence IMBERNON, conservatrice au Musée des Beaux-Arts de Rennes, suivie d’un échange avec la salle.
    Projection d’un extrait du film Claude Berri rencontre Leo Castelli : marchand d’art, 1988.
  • 16h30-16h50 : Bilan du colloque par Jean-Marc POINSOT, professeur en histoire de l’art, université Rennes 2
  • 16h50-17h00 : Jean-Pierre MONTIER et Françoise NICOL : La recherche à venir dans le prolongement du projet.
  • 17h00-17h15: Françoise THIBAULT, déléguée générale de l’Alliance Athéna, et Nicolas THELY, directeur de la MSHB, concluront le colloque.

—————— *  ——————-

Les abstracts en anglais sont ici: Abstracts TT EN

Les résumés en français et  les bio-bibliographies des intervenants : Abstracts et bio-bibliographies 

—————— * ——————–

Durant le colloque, la librairie Le Failler de Rennes sera présente à la MSHB. Vente de livres et dédicaces des auteurs.

Conseil scientifique international

Nathalie BOULOUCH, MCF histoire de l’art, université Rennes 2, et directrice  des Archives de la critique d’art-INHA. Martine COLIN-PICON, docteur en en langue et littératures françaises et chercheur indépendant.Laurence IMBERNON, historienne d’art, conservatrice au Musée des Beaux-arts de Rennes. Jean-Pierre MONTIER, professeur de langue et littérature françaises, CELLAM, université Rennes 2. Françoise NICOL, MCF de langue et littérature françaises, université de Nantes, CELLAM. Timothée PICARD, professeur de langue et littérature françaises, CELLAM. Jean-Michel RABATE, professeur de littérature française, université de Pennsylvanie. Natalia SMOLIANSKAIA, historienne d’art et commissaire d’exposition, Moscou (Russie). Pierre VILAR, MCF en langue et littérature françaises, université de Pau.

Comité d’organisation

Laurence BOUVET-LEVEQUE et  Nelly BREGEAULT-KREMBSER 
(Cellule Recherche UFR ALC, université Rennes 2). Yolande SAMBIN, chargée de projets, MSHB – USR CNRS 3549 et Catherine GODEST, chargée de communication MSHB. Jean-Pierre MONTIER et Françoise NICOL.  Assistante : Sophie CHAPEY, titulaire d’un master en Histoire de l’art (université Rennes 2)

CALL: “Defining abstract art, Paris - New York - Tokyo, 1944-1964”

 The symposium is the culmination of a project that began in 2016 on painting in the post-war era (1944-1964).

Sometimes regarded as an in-between period and no doubt underestimated by academia, it began in November 1944, the year when the Salon d’Automne was renamed the Salon de la Libération and dedicated to Picasso. It is said to have symbolically come to an end in June 1964, the date of the 32nd Venice Biennale, when the American Robert Rauschenberg received the Grand Prix. Painting is considered in the context of a “critical relationship”, to use the words of Jean Starobinski, that is, in terms of its combined reception among writers and critics, and the art community and the general public. The Art Criticism Archives of the Rennes National Institute of Art History (Archives de la critique d’art, INHA de Rennes), provided a valuable body of documentation for the seminar work.

The aim of this symposium is to question how the art community regarded abstraction during this period. In galleries as in discourse, abstract painting plays a leading role in aesthetic power relations that play out internationally and which are inseparable from economic and political issues. The presence of abstraction changes artists’ positions, whether they class their work to be abstract or not, and generates debate both among writers and critics.

We feel it is necessary to explore abstract art in the post-war period when it became a “worldwide phenomenon”, spelling the start of global flows in the art world for stakeholders across the board. Our aim is not to give it a single definition, but rather to gain a better understanding of the complexity of denominations in the field of painting (art informel, “art autre” (art of another kind), concrete art, and Réalités nouvelles (new realities), etc.), to analyse the gaps between the discourse on “abstract art” and that of earlier periods, and to try and define their characteristics in context. We will consider the theoretical viewpoints and the often contradictory stories developed in intellectual frameworks that may be derived from the thinking of the avant-garde movement or from new academicisms in particular.

At a time when discussion about abstraction as a promise or an impasse has virtually dried up, when talk is more often of false debate, and when more general and contradictory definitions are becoming widespread, we hope to shed some light on the matter of abstraction, by moving beyond the far too simple abstraction-figuration antithesis.

Research must fit into an international perspective. It can also build on critical works from writers or “specialists”, be based on case studies (for example, an analysis of the work and impact of a Paris gallery with international connections), or focus on an unexpected artistic direction. The aesthetic angle may also be developed more widely. In any event, it will foster different perspectives around the chosen subject. The importance of reflection is that it is interdisciplinary. Researchers in literature(s) who are interested in art criticism in all its forms (from articles for journals to poetic writings, for example) will be able to exchange with art historians, philosophers or sociologists.

L’argumentaire scientifique est ici: Argumentaire scientifique pour diffusion

Tokyo-Paris

Chefs d’œuvre du Bridgestone Museum of Art, Ishibashi Foundation, Paris, Musée d’Orsay et de l’Orangerie, 2017, 5 avril-21 août 2017. Le catalogue, signé de Cécile Girardeau, Kyoko Kagawa  et al., est paru chez Hazan.

Trois générations de chefs d’entreprise (la famille Ishibashi qui a donné, en anglais, son nom à l’entreprise), ont contribué à élaborer une collection de peintures occidentales (yogâ, XIXe, XXe, surtout). Le premier est Ishibashi Shôjirô, qui a acheté ses premières toiles en 1927. Une sélection fascinante par sa cohérence, moins thématique ou chronologique que du point de vue de son esprit: Ishibashi Hiroshi , l’actuel président de la Fondation, interrogé dans le catalogue, explique l’importance du renouvellement dans la poursuite de la mission culturelle définie au début du XXe siècle. Au delà de l’impressionnisme, la poursuite d’une politique d’achat d’art abstrait offre en particulier la confrontation d’œuvres  de Pollock, Fautrier, Hartung, Shiraga Kazuo , Domoto Hisao, Zao-Wou-ki ou Soulages, dans la dernière salle.